Togo-Présidentielle-Analyse

Présidentielle au Togo: les chiffres de la victoire et du renouveau!

APA-Lomé (Togo)

Les résultats provisoires annoncés par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) consacrent la réélection du président sortant, Faure Gnassingbé (54 ans), dès le 1er tour et redistribuent subrepticement les cartes dans la classe politique togolaise.

Si les chiffres de la Ceni sont confirmés, Faure Gnassingbé, crédité de 72,36% des voix au terme du scrutin présidentiel de samedi dernier, enregistra son meilleur score électoral en bientôt 15 ans de gouvernance à la tête du Togo.

De 60,15 % en 2005, 60,88% en 2010, et 58,77% en 2015, le nombre de suffrages récoltés par Faure Gnassingbé n’avait jamais atteint 70% lors des différents scrutins présidentiels dans son pays natal.

Autre nouveauté du scrutin, c’est la première fois que le taux de participation à une présidentielle au Togo depuis les années 90 arrive à 76,63%.

La consultation électorale du 22 février est également particulière par la capacité affichée par la CENI à publier les résultats provisoires officiels moins de 48h après la tenue du scrutin. Elle avait habitué jusqu’ici l’électorat à une marge de 72h.

Le processus électoral est jusque-là sans précédent. Après une campagne électorale « sans grands incidents » (selon la CENI) à l’opposé celle de 2015, la présidentielle 2020 a également vu émerger la formation politique du MPDD (Mouvement patriotique pour la démocratie et le développement).

Un nouvel ordre politique

Le leader du MPDD, Agbéyomé Kodjo (quoique soutenu en 2020 par une coalition de partis baptisée « Initiative Mgr Kpodzro»), a fait un grand bond en avant par rapport à sa participation à sa première présidentielle de 2010.

De 0,85% des suffrages obtenus en 2010 sous la bannière de l’Organisation pour bâtir dans l'union un Togo solidaire (OBUTS), l’ancien Premier ministre est passé en dix ans de la quatrième à la deuxième place.

Ainsi, pour le compte de la présidentielle 2020, A. Kodjo a été classé en 2è position par les résultats provisoires, avec

Ce nouveau score provisoire de 18,37% des voix exprimées repositionne le leader du MPDD sur l’échiquier politique national. Il devance ainsi Jean-Pierre Fabre de l’Alliance nationale pour le changement (ANC), ex-chef de file de l’opposition togolaise de 2013 à 2018.

Arrivé en deuxième position (en tant que candidat de deux différentes coalitions) lors des présidentielles de 2010 et de 2015 (avec respectivement 33,93% et 35,19% des voix) au Togo, M. Fabre a chuté à 4,35% des suffrages en 2020 ! En froid avec les principaux partis d’opposition qui l’ont soutenu en 2010 et 2015, l’ANC s’est présentée en solo à ce scrutin présidentiel de samedi dernier.

La réélection de Faure encore contestée 

Comme en 2005, 2010 et 2015, les résultats provisoires de la CENI au terme de l’élection présidentielle sont rejetés par l’opposition togolaise. Ainsi, quelques heures avant la proclamation des scores officiels de ce 24 février 2020, le candidat Kodjo du MPDD « s’est autoproclamé Président de la République, s’attribuant un score oscillant entre 57 et 61% des voix ».

Cependant, pour le parti au pouvoir, Union pour la République (UNIR), les tendances électorales avancées par l’opposition ne traduisent pas la réalité des urnes, même si le MPDD a fait un score remarquable au terme de la 7è élection présidentielle au Togo depuis 1990.

Quelque 3.614.056 électeurs (dont pour la 1ère fois 348 dans la diaspora) étaient appelés ce samedi 22 février à choisir leur président parmi 7 candidats dans 9.389 bureaux de vote au Togo.

KGG/Dng/APA

Réagir à cet article