à l'instant

    Tchad-Rétrospective-Politique

    Tchad : une année électorale succède à une année de réformes

    APA-N’Djaména (Tchad) De notre correspondant : Adam Hassane Deyé

    La scène politique tchadienne a été marquée, durant l’année 2018, par les réformes institutionnelles avec ses effets, notamment, l’adoption d’une nouvelle constitution consacrant la 6ème République.

    Le forum national des réformes institutionnelles organisé au mois de mars 2017 à l’initiative du chef de l’Etat Idriss Déby avait ouvert cette vague de réformes.

    Ainsi, une nouvelle constitution faisant basculer le pays dans la IVème république est adoptée. Le nouvel exécutif n’a désormais qu’un seul chef en la personne du président de la République.

    Un premier gouvernement sans premier ministre fut nommé le 7 mai 2018. Il sera remanié 45 jours après et tout récemment le 9 novembre dernier.


    Le chef de l’Etat, autorisé par la réforme à légiférer sans passer par l’assemblée nationale, a, par ailleurs, pris une série d’ordonnances portant entre autres sur la charte des partis politiques, le régime de la presse, la création de la Haute autorité des médias et l’audiovisuel (HAMA).

    La scène politique a aussi été marquée par le renouvellement du cadre national du dialogue politique (CNDP) dont les membres sont à parité (majorité et opposition).

    De ce cadre, les discussions ont permis de créer une nouvelle Commission électorale nationale indépendante (CENI) avec pour spécificité l’absence de la société civile. Seules des personnes issues des partis politiques vont composer la nouvelle CENI.

    Les élections législatives et communales qui devraient se tenir au dernier trimestre 2018 sont, quant à elles, reportées au premier semestre de l’année 2019.


    AHD/ard/te/cat/APA

    Réagir à cet article