à l'instant

    • Début des épreuves écrites du BEPC en Côte d’Ivoire

      APA-Abidjan-(Côte d’Ivoire) — Au total, 465 095 élèves ont débuté, lundi sur toute l’étendue du territoire national ivoirien, les épreuves du Brevet d’études de premier cycle (BEPC) et du test d’orientation en...

    • 116625 contribuables au Cameroun (rapport)

      APA-Douala (Cameroun) De notre correspondant: Mbog Achille — L’administration fiscale a enregistré 5 786 nouveaux contribuables, faisant passer le nombre de 110 839 en 2017 à 116 625 en 2018, a indiqué la Direction générale des impôts (DGI)...

    • Rabat abrite les 18 et 19 juin la 3ème conférence africaine de la...

      APA-Rabat (Maroc) — La 3ème conférence annuelle africaine de la paix et de la sécurité aura lieu les 18 et 19 juin à Rabat à l’initiative du Policy Center for the New South (PCNS), sous le thème : « l...

    Côte d'Ivoire-Société-Sécurité

    Une manifestation contre l'insécurité vire à l'affrontement entre policiers et civils à Abidjan

    APA-Abidjan ( Côte d'Ivoire)

    Une manifestation des populations d'Attécoubé dans l'ouest d'Abidjan contre l'insécurité, notamment contre les microbes (Jeunes délinquants mineurs baptisés microbes dans le jargon ivoirien), dans leur commune, s'est muée lundi en un violent affrontement avec les forces de l'ordre, a constaté APA sur place dans la capitale économique ivoirienne.

    Plusieurs détachements de la police et de la gendarmerie ivoirienne  avec un dispositif impressionnant anti-émeute,  ont tenté pendant des  heures de contenir une foule de jeunes manifestants surexcités et  déterminés à tenir leur marche ( non autorisée par les autorités  locales). Jets de pierres contre jets de gaz lacrymogènes et autres  projectiles, policiers et civils se sont affrontés des heures durant.  

    Dans la matinée de ce lundi,  des populations d'Attécoubé ont initié une  manifestation pour réclamer des autorités plus d'infrastructures  sécuritaires dans leur commune en proie à une insécurité grandissante.  

    Les manifestants brandissaient des écriteaux où l'on pouvait entre  autres lire, « 10 ans sans commissariat, je veux mon commissariat » et «On ne veux plus de microbes ( Jeunes délinquants qui attaquent à la  machette) à Attécoubé ».

     Ces affrontements entre forces de l'ordre et  populations civiles ont créé la psychose dans cette commune  obligeant commerces et écoles aux encablures de la mairie à fermer.

    LB/ls/APA

    Réagir à cet article