La claustration obligatoire au menu des quotidiens marocains

Maroc-Presse


Les quotidiens marocains parus ce jeudi se focalisent sur le confinement obligatoire, les mesures prises pour alléger le budget de l’Etat et le marché boursier marocain.

+Aujourd'hui le Maroc+ écrit que le confinement obligatoire est imposé pour le bien de tout le monde, notant qu' « il s'agit d'une décision difficile reconnaissons-le, mais nécessaire afin de dépasser cette situation avec les moindres dégâts ».

Seulement voilà, beaucoup de personnes ont toujours du mal à assimiler cette donne, poursuit la publication, notant que dans les quartiers populaires marqués par une densité démographique importante, des personnes n'ont pas pu se débarrasser de certaines fâcheuses habitudes consistant à occuper la voie publique pour « les salamalecs et les discussions inutiles ».

« Ces derniers n'arrivent pas à comprendre qu'avec leur comportement non seulement ils se mettent en danger mais exposent d'autres personnes à des risques importants, ce qui est inacceptable et impardonnable. Heureusement que les sanctions existent! », souligne le quotidien.

De son côté, +Al Bayane+ indique que « notre pays ne lâche pas prise. Il poursuit, avec détermination sa lutte acharnée contre le virus dévastateur ».

Le confinement que les autorités tentent d'appliquer avec intransigeance, paraît largement respecté aussi bien en milieu urbain que rural, à l'image de cette brave Caïd qui fait actuellement le tour des réseaux sociaux, de par sa pugnacité et son impétuosité de haute charge patriotique, ajoute l'éditorialiste.

Au plan sanitaire, des militants avérés du secteur besognent nuit et jour, pour assurer des conditions particulières aux contaminés, en exposant leur propre vie au péril de contagion, souligne le journal, notant que les services d'ordre, toutes catégories réunies, persévèrent dans l'aire de combat à des heures tardives, en vue de convier les randonneurs à regagner leurs demeures.

+Le Matin+ rapporte que toutes les promotions programmées pour le compte du budget de l'année en cours, non encore achevées, ainsi que les concours de recrutement, exceptés ceux dont les résultats sont déjà annoncés, ont été reportés et ce, dans le but de faire face aux conséquences négatives de la propagation du nouveau Coronavirus.

Selon une circulaire du Chef du gouvernement, tous les efforts doivent être conjugués et les ressources disponibles mobilisées pour surmonter cette conjoncture.

Dans l'objectif d'alléger la charge sur le budget de l'État et de lui permettre d'orienter les ressources financières disponibles vers les défis en face, il a été décidé de prendre des mesures exceptionnelles vis-à-vis des administrations publiques, des collectivités territoriales, des établissements à vocations administrative et des instances et institutions publiques, dont les salaires des employés sont extraits du budget général, indique la circulaire, citée par le quotidien.

Sur un autre registre, +l'Economiste+ rappelle que le marché boursier national est trop peu profond, expliquant que « notre marché a une petite poignée de géants, comme Maroc Telecom, les banques ou les cimenteries. A côté de toute une population d'entreprises moyennes ».

« Ces dernières peuvent bouger beaucoup sans affecter l'orientation générale, en hausse ou en baisse. Inversement, il suffit qu'une géante bouge d'un poil, pour que la Bourse bouge aussi », fait-t-il remarquer.

Selon lui, seule une augmentation du nombre de sociétés cotées pourrait rendre le marché financier moins singulier.

HA/APA

Dans la même Rubrique
Maroc : Les professionnels du tourisme tirent la sonnette d'alarme
Le coronavirus en vedette dans la presse sénégalaise
La crise sanitaire du Covid-19 au menu des quotidiens et hebdomadaires marocains
Soumaïla Cissé et Coronavirus se partagent la Une des quotidiens burkinabè
Le 1er patient guéri de Covid-19 en vedette dans les médias béninois