L'ex-PM dénonce « des persécutions » du nouveau régime

Guinée-Bissau - Politique


L’ancien Premier ministre bissau-guinéen, Aristides Gomes, a fait des allégations selon lesquelles ses anciens membres sont victimes de « persécutions et des tentatives d'intimidation » de la part du nouveau régime du gouvernement de Nuno Gomes Na Biam.

Dans un communiqué envoyé à la presse, Aristides Gomes souligne que les nouveaux dirigeants du pays ont profité de cette période de trêve de la pandémie de coronavirus, pour « promouvoir toutes sortes d'illégalités exprimées dans les exonérations massives du personnel de l'administration publique. »

L'ex chef du gouvernement cite ainsi le cas de son ministre de la Justice et des Droits de l'homme, Dr Ruth Monteiro, qui s'est vu empêcher à deux reprises de se rendre à Lisbonne, sous le « faux prétexte d'avoir commis des délits, comme la désobéissance et l'usurpation des compétences entre autres ».

Selon lui, Ruth Monteiro « paie le prix » de la saisie plus de deux tonnes de drogues par la police judiciaire, après les six mois suivant la gouvernance de son exécutif.

Le communiqué souligne que dans cette opération le ministre de l'époque avait fait preuve de détermination et de fermeté dans la lutte contre les trafiquants de drogue, en tant qu'auteurs matériels de ce crime transnational.

Le gouvernement d'Aristides Gomes regrette ces actes qui, en plus de constituer un abus de pouvoir, violent les règles de procédure légale pour les cas de délits présumés de cette nature.

Face à cette « succession d'illégalités », commises par le gouvernement de Nuno Gomes Na Biam, contre les membres du gouvernement légitime qui dit « refuser fermement et condamner la vague de harcèlement et d'intimidation contre les ministres et secrétaires d'État du gouvernement légal ».

Il souligne « tenir les coupables responsables des conséquences et des préjudices moraux qui résultent de ces atteintes à la dignité des citoyens qui luttent pour le respect des présupposés légaux déterminés dans un État de droit démocratique ».

NM/Dng/APA

Dans la même Rubrique
Violences post-électorales en Guinée: le gouvernement reconnaît 30 morts à Nzérékoré
Guinée : des funérailles sobres pour honorer Mory Kanté
Guinée : disparition du chanteur et virtuose de la Kora Mory Kanté
Lesotho: le nouveau Premier ministre prête serment
Covid-19: la Guinée enregistre le taux de mortalité le plus bas de la MRU