Mali: la légitimité du régime est arrivée à « l'épuisement » (chercheur)

Mali-Politique-Crise-Entretien


Au Mali, la vague contestataire qui réclame le départ du président Ibrahim Boubacar Keïta découle du délitement de son régime, analyse pour APA Boubacar Sangaré, Chargé de recherche basé à Bamako de l'Institut d'études de sécurité (ISS).

Ce mois-ci, un collectif composé de la société civile, de religieux et de l'opposition politique a manifesté pour exiger la démission du président Ibrahim Boubacar Keïta (IBK). Pourquoi ?

Il faut tout d'abord préciser que le mouvement de contestation a pris l'appellation de Mouvement du 5 juin-Rassemblement des Forces Patriotiques après la première mobilisation à cette même date. Il s'agit d'une coalition hétéroclite qui réunissait au départ le Front pour la Sauvegarde de la Démocratie (FSD), rassemblant des partis politiques opposés au président Ibrahim Boubacar Keïta, la Coordination des mouvements, associations et sympathisants de l'imam Mahmoud Dicko (Cmas) et Espoir Mali Kura (EMK), dirigé par un ancien ministre dans les années 2000 et figure du parti Solidarité africaine pour la démocratie et l'indépendance (Sadi), situé dans l'extrême gauche. Ces manifestations, et la grande mobilisation qu'elles occasionnent, interviennent dans un contexte marqué par la dégradation continue de la situation sécuritaire liée aux actions des groupes extrémistes violents, aux conflits locaux et à la criminalité organisée transnationale. Il faut ajouter au tableau la précarité des populations, la crise sanitaire liée au coronavirus et ses effets sur les populations ainsi que la crise post-électorale marquée par la contestation des résultats des dernières élections législatives à Bamako et dans certaines capitales régionales. C'est ce cocktail détonnant qui a servi d'embrayeur à l'action protestataire en cours dont le mot d'ordre principal, à savoir la démission du président et de son régime, rappelle à quel point les institutions sont vulnérables et traduisent un certain épuisement de la légitimité du régime.

À lire aussi: L'Union Africaine est « préoccupée » par la crise malienne

Parmi les leaders de la contestation, l'imam Mahmoud Dicko se distingue. D'où tire-t-il sa force, sa légitimité ?

Il est important de rappeler que l'imam Mahmoud Dicko fait partie des figures dans la sphère religieuse qui se sont distinguées par leur positionnement partisan, notamment lors de l'élection présidentielle de 2013 où il a soutenu le candidat Ibrahim Boubacar Keïta. Si en 2018 le retrait de son soutien au président Keïta l'a affaibli, il a su revitaliser cette position politique en surfant sur des questions sociétales comme l'homosexualité, l'éducation sexuelle complète ainsi que des évènements tragiques comme le massacre de civils par de présumées milices ethniques ce qui lui a permis de mobiliser notamment le 5 avril 2019 où la tête du Premier ministre, à l'époque Soumeylou Boubèye Maïga, a d'ailleurs été demandée. Après son départ de la tête du Haut-conseil islamique, il a créé la Coordination des mouvements, associations et sympathisants en septembre 2019, un mouvement politico-religieux à travers lequel il a organisé des meetings pour s'exprimer sur des questions sociétales et politiques. L'imam Dicko incarne un islam revendicatif, regardant sur la vie sociale et qui défend des positions. Cela lui a permis de gagner une grande influence, outre la clarté de son discours à très forte dose partisane. Enfin, c'est aussi quelqu'un qui incarne une société civile musulmane qui semble avoir découvert ses forces et qui émerge sur les cendres de la société civile laïque jugée inféodée au pouvoir.

Des milliers de Maliens ont répondu à l'invitation à manifester. Quel sens donner à cette mobilisation massive dans le contexte malien actuel ?

La contestation en cours, à travers des mobilisations fondées sur le recours à la rue, traduisent la gravité de la situation au Mali et peut être analysée comme une expression des frustrations réelles des populations. Au fil des ans, les Maliens ont été privés de tout moyen d'expression démocratique de leur mécontentement en dehors des manifestations de rue. De ce point de vue, l'Assemblée nationale porte une responsabilité immense dans la crise actuelle que traverse le pays. Les Maliens qui manifestent ne sortent en réalité pas pour tel ou tel dirigeant politique au sein du M5 – RFP. Ils n'ont plus confiance en cette classe politique qui n'a cessé de démontrer son incohérence au cours des dernières décennies. Parmi les acteurs qui animent aujourd'hui la contestation, certains ont soutenu la candidature d'IBK en 2013 et d'autres ont remis ça en 2018. Cette colère n'est pas non plus religieuse même si la figure de proue de la fronde est incontestablement l'imam Mahmoud Dicko.

Le président IBK se dit ouvert au dialogue. Il a d'ailleurs multiplié les rencontres dans ce sens. Cette démarche peut-elle désamorcer la tension ?

Le dialogue proposé par le président peut permettre de gagner du temps, d'apaiser la situation dans l'immédiat et de gérer la conjoncture. Mais il est clair que seuls de réels efforts pour prendre en compte les frustrations des populations et y apporter des solutions peut permettre de répondre à la crise sur le long terme. Ce qui est exprimé à travers la contestation en cours, c'est l'aspiration à mieux d'État.

À lire aussi: Mali : l'étau se resserre autour du président IBK

Le chef de l'État propose la formation d'un gouvernement d'union nationale. Comment une telle idée est reçue au Mali ?

La proposition d'un gouvernement d'ouverture n'est pas nouvelle et semble galvaudée. Pour rappel, l'ancien président Alpha Oumar Konaré a été contraint d'installer une coalition gouvernementale en 1992-1993 avec des partis de l'opposition qui ont ainsi marchandé leur capacité de nuisance. Après lui, le président Amadou Toumani Touré a aussi expérimenté une forme de gestion consensuelle du pouvoir lui permettant d'entretenir ce que certains ont appelé “un clientélisme périphérique” des partis qui ont déserté l'opposition et qui a pris la forme d'un accord entre les élites pour annihiler les résurgences protestataires. Si le champ politique est resté fragmenté sous le président Keïta, il faut dire qu'il y a eu une recomposition depuis sa réélection et la signature de l'Accord Politique de Gouvernance (APG) qui a permis la formation d'un gouvernement d'ouverture. On a assisté à un ralliement quelque peu opportuniste au bloc du pouvoir d'opposants longtemps tenus éloignés des circuits de redistribution et qui reviennent pour le partage des ressources (“gâteau national”). Un gouvernement d'union nationale pour le partage du pouvoir, et donc des ressources comme c'est le cas dans le champ politique néo-patrimonial comme celui du Mali, peut éventuellement recueillir l'adhésion des leaders de la contestation mais il est clair que les manifestants ont d'autres attentes liées à leur quotidien, à l'ordinaire.

ID/cgd/APA

Dans la même Rubrique
Cinq morts et 104 blessés après des manifestations politiques en Côte d'Ivoire (Officiel)
Marche contre « 3e mandat Ouattara »: 3 morts et 58 personnes interpellées (officiel)
Marche contre la candidature de Ouattara: 4 femmes de GPS dont Anne-Marie Bonifon interpellées
Présidentielle ivoirienne: le candidat du RHDP, Alassane Ouattara investi le 22 août à Abidjan (Officiel)
Affaire 3e mandat Ouattara: les femmes du Rhdp "s'insurgent contre les propos diffamatoires de Mme Gbagbo"