Diplomatie et social au menu des quotidiens marocains

Maroc-Presse


Les quotidiens marocains parus ce jeudi s'intéressent au succès de la diplomatie marocaine et aux attentes des citoyens vis-à-vis du PLF 2021.

+Aujourd'hui le Maroc+ assure que l'ouverture d'un consulat général à Laâyoune, par les Émirats Arabes Unis va certainement ouvrir la voie devant d'autres pays arabes et asiatiques, notant que la diplomatie proactive lancée par le Maroc il y a quelques années commence à donner ses fruits.

Le nombre de consulats de pays amis et partenaires dans les provinces du Sud montre combien la stratégie marocaine déployée sous l'impulsion Royale était clairvoyante, explique le quotidien, relevant que cette nouvelle percée diplomatique pour le Maroc le conforte dans la justesse de ses choix et la ligne suivie pour défendre sa cause à l'échelle internationale.

« Aujourd'hui, la quête du Maroc est plus que jamais proche de son objectif initial », poursuit-il, soulignant que les victoires diplomatiques du Royaume sont par la même occasion une cinglante déroute pour les adversaires de l'intégrité territoriale du Royaume.

Pour sa part +Bayane Al Yaoum+ relève que la poursuite de l'ouverture de consulats généraux de pays africains dans les provinces du Sud du Royaume est le fruit de la sage politique africaine prônée par le Maroc, assurant que la décision des Emirats Arabes Unis d'ouvrir un Consulat général à la ville de Laâyoune assène un coup fatal au polisario.

Sur un autre registre, +Al Bayane+ souligne que face à la recrudescence de la crise virale, l'Exécutif donne bien l'impression qu'il se préoccupe beaucoup plus par d'autres priorités ayant trait au prochain échéancier de 2021, notamment le coefficient électoral.

Se focaliser sur le déroulé électoral ne fait, en effet, qu'affaiblir la confiance des citoyens, aggraver leur désaffection et ruiner la crédibilité au sein des institutions, estime le journal, ajoutant que tout le monde a hâte de dépasser cette situation dans un proche avenir.

Le gouvernement pèche par un retard criard d'aiguillonner l'entrain de la relance économique, en rapport avec le maintien des postes de travail et du pouvoir d'achat des populations fort affectées pour le fléau et sans couverture sociale, prévient-il, avançant que le projet de loi de finances 2021 ne répond point aux questions brûlantes dont pâtissent les franges défavorisées de la société.

HA/APA

Dans la même Rubrique
Le Maroc œuvre à créer les conditions appropriées pour un parlement libyen unifié (ministre AE)
Maroc : La République d'Haïti décide d'ouvrir un Consulat général à Dakhla
Maroc : baisse de plus de 70% du trafic aérien à fin octobre sous l'effet de la Covid-19
Economie et santé s'imposent au menu des quotidiens marocains
Politique, commerce et diplomatie au menu de la presse sénégalaise