Sahara : Bourita explique le soutien de Washington à Rabat

Maroc-USA-Sahara


La position affichée par les États-Unis dans le dossier du Sahara trace la voie d'un règlement pacifique du conflit selon le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita.

Un gentleman's agreement. Voilà ce que proposent les États-Unis, au-delà de la reconnaissance de la marocanité du Sahara, pour définitivement tourner la page de ce différend. Une proposition de compromis qui conforte la politique mise en oeuvre par le Maroc.

Partant de là, a souligné vendredi Nasser Bourita, « la proclamation présidentielle américaine instaure, avant tout, une perspective de règlement clair et ferme : l'autonomie sous souveraineté marocaine ».

A lire aussi : A Dakhla, Washington confirme la marocanité du Sahara

Le chef de la diplomatie marocaine s'exprimait lors d'une visioconférence ministérielle de soutien à cette initiative. Le plan d'autonomie du Royaume chérifien convainc de plus en plus la communauté internationale car il permet, à en croire M. Bourita, de « sortir de l'impasse » et ouvre « de nouvelles perspectives ».

Le Secrétaire d'État adjoint en charge des questions du Proche-Orient et de l'Afrique du Nord, David Schenker, ainsi que les représentants d'une quarantaine de pays ont participé à cette réunion virtuelle.

Pour Nasser Bourita, l'ouverture récente de plus de 20 consulats généraux à Dakhla et Laâyoune traduit « une accélération des évolutions transformationnelles ».

A lire aussi : Maroc-Etats-Unis: Une vieille histoire

En effet, tous les pays ayant une représentation diplomatique dans les provinces du Sud marocain, a-t-il relevé, sont persuadés que le plan d'autonomie n'est pas un simple concept intellectuel mais « il constitue une voie politique pragmatique, un projet de société et une solution constructive déjà en marche ».

Sur le plan géopolitique, « l'initiative d'autonomie balise le terrain pour une plus grande intégration économique et sécuritaire au Maghreb, et une plus grande stabilité et prospérité sur l'ensemble du continent africain », a déclaré le ministre marocain des Affaires étrangères.

Pour ce faire, le Maroc a réitéré son engagement en faveur de la reprise du dialogue sur la base de paramètres clairs et auxquels adhèrent toutes les parties. De son côté, David Schenker a noté que « le conflit du Sahara occidental dure depuis trop longtemps et continue d'avoir un impact négatif sur la vie des Marocains et des Sahraouis ».

Dans son discours, le Secrétaire d'État adjoint en charge des questions du Proche-Orient et de l'Afrique du Nord a affirmé que « le plan du Maroc, qui prévoit l'autonomie gouvernementale sous souveraineté marocaine, représente l'option la plus réaliste ».

C'est pourquoi les États-Unis encouragent les parties concernées, les Nations Unies et la communauté internationale à « l'examiner sérieusement » parce qu'il pourrait mettre un terme à « près de trois décennies de statu quo ».

HA/id/te/APA

Dans la même Rubrique
Covid-19: Le Maroc dispose de 8 millions de doses de vaccin
L'OCP et le gouvernement du Nigeria s'engagent à développer l'industrie agricole nigériane
Maroc : Une année après la détection du premier cas Covid-19
Le Maroc apporte une contribution de 1 million de dollars au profit du peuple yéménite
Washington équipe la gendarmerie sénégalaise