Minusma : des Casques bleus bloqués à Dakar

Mali - Sécurité - Minusma - Humeur


Le déploiement du 11e détachement sénégalais de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (Minusma) est prévu depuis mars dernier.

Après quinze mois d'engagement dans le Centre du Mali, le 10e détachement sénégalais de la Minusma n'a toujours pas quitté ce pays en proie à la menace jihadiste. Cela provoque du coup un retard du déploiement de la relève.

Selon le journal sénégalais Le Quotidien, le gouvernement de transition aurait appliqué la réciprocité aux pays de la Cédéao suite aux sanctions économiques et financières de l'organisation ouest-africaine contre le Mali pour non-respect du calendrier électoral censé permettre une transmission du pouvoir aux civils dans des délais raisonnables.

Contacté par APA, l'armée sénégalaise n'a pas voulu réagir pour le moment. De son côté, le porte-parole de la Minusma, Olivier Salgado, a confirmé que « cette relève a accusé un retard significatif qui affecte tant le moral des troupes concernées que leur efficacité opérationnelle ». « Tous les vols utilisés pour la relève des troupes à destination ou en provenance du Mali sont soumis aux autorisations de survol et d'atterrissage du gouvernement malien », explique la voix de la mission onusienne au Mali.

Composé de 850 éléments dont 21 femmes, le 11e détachement sénégalais de la Minusma, commandé par le Colonel Mathieu Diogoye Sène, a reçu le drapeau le 23 février à Thiès (70 kilomètres de Dakar), lors d'une cérémonie dirigée par le Général Fulgence Ndour, chef d'Etat-major de l'armée de terre. « Cette cérémonie symbolise la confiance renouvelée des autorités onusiennes en l'engagement exemplaire des contingents sénégalais au sein de la Minusma », se félicitait le Général Ndour.

« En effet, les succès des contingents précédents, fruit d'une synergie d'efforts du commandement en termes d'encadrement, d'équipement, de préparation opérationnelle et de soutien, justifient la confiance et l'estime que la communauté internationale place en notre armée. Ces succès sont également le résultat d'énormes efforts consentis par les hommes et les femmes engagés depuis 2013 sur le théâtre malien pour marquer l'élan de solidarité du Sénégal envers ce pays frère et ami dans son effort de retour à la stabilité et à la sécurité », avait ajouté le Général Fulgence Ndour.

Poursuivant, il avait exhorté le colonel Mathieu Diogoye Sène et ses hommes à « maintenir le cap dans un souci de préserver l'image de marque des forces armées sénégalaises au sein des opérations de maintien de la paix à travers le monde dans un contexte de plus en plus complexe ». Mais ce contingent, déjà prêt à prendre le relais, doit encore attendre « les autorisations requises » pour se rendre au Mali.

Le porte-parole de la Minusma a confié à APA que les démarches nécessaires sont en cours auprès des autorités maliennes « sur la base des arrangements qui gouvernent le déploiement des opérations de la Minusma », non sans souligner « qu'il est crucial que cette question soit réglée (…) dans les meilleurs délais ». La Minusma a été créée en avril 2013 par la résolution 2100 du Conseil de sécurité des Nations Unies.

AC/cgd/APA

Dans la même Rubrique
Éthiopie : l'Onu alarmée par les atrocités contre des civils
Mali : la commission de rédaction d'une nouvelle Constitution mise sur pied
Mali : le mandat de la Minusma renouvelé
Mali: en fin de mandat, quel avenir pour la Minusma ?