Sénégal : les parents d'élèves à l'épreuve de la vie chère

Sénégal – Presse – Revue


Les quotidiens sénégalais parvenus mardi à APA titrent principalement sur la préparation de la rentrée scolaire dans un contexte national de vie chère pour les parents d’élèves.

A deux jours de la rentrée des classes au Sénégal, Sud Quotidien remarque que le concept wolof « Ubbi Tey Jàng Tey », qui veut que les élèves commencent à étudier dès la rentrée des classes, est « encore (mis) à l'épreuve ».

« Les élèves s'apprêtent à reprendre le chemin de l'école, ce jeudi 6 octobre 2022. Entre un déficit d'enseignants et de table-bancs, des écoles inondées, d'autres sans eau ni toilettes, les défis à relever pour cette rentrée scolaire sont nombreux. Qui plus est, en raison de la hausse des prix, la rentrée scolaire de cette année est aussi un sacré casse-tête pour les parents d'élèves », note le journal.

En prélude à la rentrée des élèves, Le Soleil se fait l'écho de la « bonne présence dans les écoles » des enseignants depuis lundi 3 octobre. Le quotidien national estime que « le chef de l'Etat leur rend hommage » avant d'indiquer qu'une « commande de 300.000 tables-bancs est annoncée pour résorber le gap » dans les classes.

Sur la baisse des prix des denrées promise par le chef de l'Etat, Walf Quotidien signale que « ce n'est pas encore le bout du tunnel ». « Macky Sall a du pain sur la planche avec sa volonté de tenir ses promesses de réduction des prix des denrées. Des spécialistes doutent en effet de la capacité de l'Etat à proposer des mesures structurelles pouvant faire baisser les prix » au Sénégal, rapporte le journal.

La conjoncture difficile dans ce pays se traduit également par la « rareté et la cherté du poisson », d'après Le Soleil qui trouve que « les acteurs n'ont plus la pêche ». En effet, « les acteurs de la pêche artisanale, qui imputent la rareté du poisson à la concurrence industrielle et aux phénomènes climatiques, réclament une +surveillance rigoureuse de nos côtes+ et plus de sécurité en haute mer », souligne le journal.

En politique, Walf Quotidien note que « le plan de liquidation » de l'opposant Ousmane Sonko est « mis en branle ». Le journal estime que « la volonté du président Macky Sall de remettre en selle Karim Wade et Khalifa Sall à travers une amnistie pour la présidentielle de 2024 (…) pourrait être une manière bien habile de mieux isoler Sonko du fauteuil présidentiel. Mais sans lui-même ».

Sud Quotidien émet des réserves sur la probabilité d'une amnistie de Karim Wade et Khalifa Sall au regard de « l'équation à mille inconnues des milliards d'amende » à laquelle sont astreints l'ex-puissant ministre du régime libéral et l'ancien maire de Dakar après leur condamnation par la justice pour malversations. Cependant, « l'amnistie n'efface pas les condamnations civiles », estime Serigne Thiam, enseignant en sciences juridiques et politiques à l'Université Cheikh Anta Diop.

ODL/cgd/APA

Dans la même Rubrique
Le Sénégal renforce sa sécurité en attendant le match contre l'Équateur
Un Sénégal dos au mur s'apprête à affronter le Qatar
Le Sénégal sur les traces de deux militaires disparus mystérieusement
Battu par les Pays-Bas, le Sénégal veut se relever face au Qatar
Le Sénégal entre en lice à la Coupe du monde de football