Sénégal-Afrique-Coronavirus-Vaccination

Covid-19 : la vaccination reste une priorité pour l’Afrique (expert)

APA-Addis-Abeba (Ethiopie)

A ce jour, moins de 20% de la population africaine est entièrement vaccinée contre le nouveau coronavirus.

Alors que le continent s’efforce d’assurer la vaccination de 70% de la population contre la Covid-19 d’ici à la fin de cette année, seuls deux pays africains ont atteint l’objectif fixé, et six autres ont vacciné entre 40 et 70% de leur population. C’est pourquoi, l’Initiative « Saving Lives and Livelihoods (Sauver les vies et les moyens de subsistance) » mise sur la vaccination pour endiguer la pandémie du nouveau coronavirus.

« La vaccination contre la Covid-19 reste une priorité clé pour l’Afrique », a affirmé Dr Ahmed Ouma, directeur par intérim du Centres africains de prévention et de contrôle des maladies (Africa CDC).

« Nous commémorons le premier anniversaire du partenariat entre la Fondation Mastercard et Africa CDC, qui a pour objectif l’achat et la livraison de millions de vaccins, ainsi que la sécurité sanitaire sur le long terme en Afrique. Nous réitérons notre engagement à renforcer Africa CDC ainsi que les Institutions nationales de santé publique, à augmenter les investissements pour le personnel de santé publique et la formation de la prochaine génération de leaders et d’experts et enfin, à développer la fabrication locale de vaccins, de tests et de médicaments, pour garantir un accès rapide et des coûts réduits sur le continent », a-t-il poursuivi dans un communiqué reçu à APA.

Le Dr Ahmed Ouma a souligné également l’importance de prioriser la vaccination des jeunes, compte tenu de la jeunesse de la population africaine (70% de moins de 30 ans). Dans le cadre de l’initiative « Sauver les vies et les moyens de subsistance » (Saving Lives and Livelihoods), l’Union Africaine et Africa CDC, ont récemment lancé une initiative appelée Bingwa (un mot swahili signifiant champion), pour recruter des jeunes pour promouvoir la vaccination dans leurs communautés.

S’exprimant lors de la commémoration du premier anniversaire de l’initiative, le 21 juin dernier à Addis-Abeba (Ethiopie), Reeta Roy, présidente et directrice générale de la Fondation Mastercard, a souligné que la prochaine phase de l’initiative viserait à transformer la mise à disposition des vaccins en vaccinations effectives.

« Nous devons nous pencher et nous concentrer sur la mise en œuvre de la vaccination. C’est l’occasion de travailler avec les gouvernements pour aider à mettre en place des centres de vaccination, former et soutenir les agents de santé, et s’engager directement auprès des communautés pour qu’elles comprennent l’importance de se faire vacciner afin de préserver la vie et des moyens de subsistance de leurs proches », a-t-elle déclaré.

Les prochaines étapes de l’initiative « Sauver les vies et les moyens de subsistance » seront orientées vers la communication sur les risques et l’engagement communautaire (RCCE) pour permettre aux citoyens africains, en particulier aux jeunes et aux populations rurales, de comprendre les avantages de la vaccination.

La communication sur les risques et l’engagement communautaire jouera un rôle crucial dans la création de la demande et la production des vaccins contre la Covid-19 et dans le soutien d’autres efforts non pharmaceutiques pour briser la chaîne de transmission et atténuer l’impact de la pandémie.

L’initiative « Sauver les vies et les moyens de subsistance » est doté d’un budget de 1,5 milliard de dollars. Elle vise à acheter des vaccins contre la Covid-19 pour au moins 65 millions de personnes ; permettre la fourniture et l’administration des vaccins ; poser les bases de la fabrication de vaccins en se concentrant sur le développement du capital humain ; et renforcer les capacités d’Africa CDC.

MG/te/APA

Réagir à cet article