à l'instant

    Sénégal-AfSud-Culture

    Accord de jumelage entre le Musée de Robben Island (Afrique du sud) et la Maison des Esclaves de l’Ile de Gorée

    APA-Dakar (Sénégal)

    Le Musée de Robben Island (Afrique du Sud) et la Maison des Esclaves de l’Ile de Gorée (Sénégal), ont paraphé ce mardi à Gorée (3 km au large de Dakar), un accord de jumelage, a constaté APA.

    L'accord permettra aux deux institutions culturelles de partager leurs patrimoines et d'échanger des expériences à travers des conférences et des expositions.

    Le document y afférent a été signé par la Vice-Ministre des Arts, de la Communication et de la Culture de l'Afrique du sud, Maggie Sotyu et le Secrétaire Général du ministère de la Culture et de la Communication du Sénégal, Birane Niang, en présence du maire de l'île de Gorée, Me Augustin Senghor.

    L’accord de jumelage entre dans le cadre d'une série de manifestations commémoratives du  30ème anniversaire de la « Conférence de Dakar », organisée du 9 au 12 juillet 1987 et à laquelle ont pris part des dirigeants du Congrès national africain (ANC) et une délégation de Sud-Africains blancs.

    Birane Niang a rappelé qu'en 1987, au moment où l’Afrique du Sud vivait les plus sombres moments de son histoire, une délégation de l’Institut pour une Alternative démocratique en Afrique du Sud (IDASA) conduite par Frederik van Zyl Slabbert et une délégation du Congrès national africain (ANC) dirigée par Thabo Mbeki, se sont rencontrées à Dakar pour discuter de l’avenir de l’Afrique du Sud.

    Les deux délégations partageaient un même engagement commun consistant à rejeter aussi bien l’idéologie que la pratique du système d’apartheid, a-t-il insisté.

    Cette conférence avait ouvert la voie à des négociations officielles qui ont conduit à la fin de l’Apartheid et à l’avènement de la Démocratie et de la Liberté en Afrique du Sud, a poursuivi Niang.

    Première rencontre du genre abritée en terre africaine, entre des dirigeants de l’ANC et des Sud-Africains blancs libéraux,  la « conférence de Dakar » a envoyé des « signaux importants, attestant d’une volonté d’engager des discussions visant à mettre un terme à l’Apartheid et à instaurer une Afrique du Sud démocratique ».

    Selon lui, cette conférence avait servi de catalyseur aux négociations officielles, connues plus tard sous le nom de CODESA (Convention pour une Afrique du Sud démocratique), et qui ont conduit à la fin de l’Apartheid et à l’avènement de la Démocratie et de la Liberté en Afrique du Sud.

    La Vice-Ministre des Arts, de la Communication et de la Culture de l'Afrique du sud, Maggie Sotyu, est revenu sur le raisonnement qui sous-tend le jumelage entre le Musée de Robben Island et la Maison des Esclaves de l’Ile de Gorée, soulignant que les deux îles partagent une histoire commune qui date de la période douloureuse de l’oppression et de l’asservissement. « Les deux sites témoignent éloquemment des tragédies de l’histoire des sociétés humaines et ils sont tous les deux un symbole exceptionnel de réconciliation et du triomphe de la liberté sur l’oppression, l’exploitation et le racisme », a dit Maggie Sotyu.

    Elle a insisté sur la nécessité du dialogue et de la négociation aujourd’hui en Afrique où les sociétés sont toujours confrontées à des questions liées à la transformation socio-économique et à la préservation de la démocratie constitutionnelle qui est basée sur des valeurs fondamentales comme les droits de l’homme, la dignité humaine et l’égalité.

    Le 30ème anniversaire de la « Conférence de Dakar » sera, pour l’Afrique du Sud, une nouvelle occasion de féliciter le Sénégal pour le « rôle important » qu’il avait joué comme facilitateur de la rencontre, et de remercier, dans un contexte plus large, l’ensemble du continent africain pour sa contribution à la lutte de libération de l’Afrique du Sud.

    Cette célébration est aussi, l’occasion pour les participants et le grand public de réfléchir sur l’importance de la gestion des conflits et de la médiation; la prévention et la résolution des conflits ainsi que la capacité et la disposition de groupes rivaux à engager le dialogue.

    TE/of/APA

    Réagir à cet article