à l'instant

    Burkina-Terrorisme-Soutien

    Attaques de Ouagadougou: Le Ghana témoigne sa solidarité au Burkina

    APA-Ouagadougou (Burkina Faso)-

    Le ministre ghanéen de la Sécurité, Albert Kan Dapaah, est arrivé mardi à Ouagadougou, pour témoigner de la solidarité du Ghana au Burkina, suite à la double attaque terroriste du 2 mars 2018 dans la capitale burkinabé.

    "Nous avons été mandatés par notre président (Nana Akufo-Ado, Ndlr), suite aux récentes attaques terroristes perpétrées à Ouagadougou, en vue de partager avec le Burkina, la douleur engendrée par les terroristes», a affirmé M. Dapaah, à sa sortie d'audience avec le Premier ministre burkinabè, Paul Kaba Thiéba.

    Accompagné par le chef d'Etat-major des armées du Ghana, l'adjoint du directeur de la police national du Ghana et tous les chefs des agences de la défense et de la sécurité du Ghana, le ministre ghanéen en charge de la Sécurité a indiqué que «tout ce qui touche le Burkina Faso, touche également le Ghana».

    «Le terrorisme n'est pas limité qu'au Burkina Faso, mais constitue un problème sous-régional. Le Ghana est réellement concerné par ce phénomène. Nous sommes là pour lutter ensemble contre ce phénomène», a indiqué Albert Kan Dapaah.

    Il a également souligné que son pays se concerte, de façon régulière, avec les pays tels la Cote d'Ivoire, le Burkina Faso, le Niger, le Benin et le Togo, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.

    Le Groupe pour le soutien de l’islam et des musulmans (GSIM) a revendiqué les attaques de vendredi 2 mars 2018 contre l’état-major des forces armées du Burkina Faso et l’ambassade de France à Ouagadougou.

    Ces attaques ont occasionné seize morts dont huit éléments des Forces de défense et de sécurité (FDS) burkinabè, huit assaillants abattus et 85 blessés.


    ALK/te/APA

    Réagir à cet article