à l'instant

    • Fasofoot : l’ASFB reprend son fauteuil de leader

      APA-Ouagadougou (Burkina Faso) De notre correspondant : Adama Salambéré — L’Association sportive des Fonctionnaires de Bobo (ASFB) a repris la tête du classement dans le championnat national burkinabè de football de première division après sa victoire fa...

    • Le Togo compte 2 442 788 élèves (ministre)

      APA-Lomé (Togo) De notre correspondant : Nephthali Messanh Ledy — Les effectifs des élèves de l’enseignement général du Togo sont passés de 2 353 829 en 2016-2017 à 2 442 788 en 2017-2018, a annoncé, lundi, Komi Tchakpélé, ministre des Enseigneme...

    • Sénégal : les USA vont équiper en matériel informatique le COIC (...

      APA – Dakar (Sénégal) Par Abdourahmane Diallo - — Le gouvernement américain, dans le cadre de sa coopération militaire avec le Sénégal, va équiper en matériel informatique le futur Centre opérationnel de gestion interministérielle...

    Cameroun-Mines

    Cameroun : deux sociétés pour exploitater la mine de Ngaoundal

    APA-Yaoundé (Cameroun)

    Les multinationales Dubaï Aluminium et Indostand Aluminium ont fait part de leur intention de relancer le projet d’exploitation de la mine camerounaise de Ngaoundal (région de l’Adamaoua), a appris APA jeudi auprès du ministère des Mines et du Développement technologique.

    Cette annonce intervient au lendemain d’une audience, accordée par le chef dudit département, Ernest Gbwaboubou, au consul de la République indienne dans le pays, Ravi Kumar, venu décliner cette offre dont les contours n’ont toutefois pas été révélés.

     L’exploitation de la mine de Ngaoundal-Minim Martap avait été confiée à la Cameroon Alumina Limited, dont le permis était préalablement détenu par la société Hydromine Inc, pour des réserves de bauxite de l’ordre de 554 millions de tonnes pouvant aller jusqu’à 700 millions si nécessaire.

    En phase d’exploitation, l’alumine des deux sites voisins doit être transportée à travers le rail vers le port de Kribi (Sud), situé à près de 1000 kilomètres de la mine, pour un investissement envisagé de 4.287 millions de dollars US.

    Pour le gouvernement camerounais, «le projet n’est pas rentable en l’état», d’où les incitations sollicitées par l’exploitant aussi bien pendant la phase de construction que pendant la production, d’où sans doute l’arrêt du projet depuis 2011.


    FCEB/te/APA

    Réagir à cet article