à l'instant

    Congo-Presse-Revue

    Foot et électricité, sujets dominants dans la presse congolaise

    APA-Brazzaville (Congo) De notre correspondant : Léon Charles Moukouri -

    Les journaux congolais de ce jeudi traitent du match Congo / Liberia prévu après-midi et comptant pour la 3èmejournée des Eliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations 2019, mais aussi du cri du cœur des retraités de l’ex Office national des postes et télécommunications (ONPT) restés 9 ans sans pension de retraite.

    « CAN 2019 : Congo - Liberia en présence du président Weah », barre à sa Une le journal Les dépêches de Brazzaville, ajoutant que « le président libérien est arrivé hier à Brazzaville » pour ce match prévu au stade Massamba Debat de Brazzaville.

    Dans les colonnes du quotidien national, Valdo Candido, le sélectionneur national du Congo a promis de « rectifier le tir pour donner une victoire aux Diables rouges afin de relancer les chances de qualification de son équipe à la phase finale de cette CAN 2019 au Cameroun ».

    Tout compte fait, selon Le patriote, « les Diables rouges ont le dos au mur et n’ont d’autre choix que de gagner ».

    Parlant des retraités de l’ex Office national des postes et télécommunications (ONPT), le quotidien Polélé-Polélé souligne qu’ils sont sans pension depuis 9 ans et « 585 millions F CFA de la mutuelle (sont) bloqués à la Caisse Congolaise d’Amortissement (CCA) ».

    Ce journal rapporte que « 1292 agents de l’ex ONPT observent un sit-in pour réclamer le versement de leur pension malgré la signature d’un plan d’épuration de la créance signé par plusieurs ministres qui se sont succédés à la tête de ce département ministériel ».

    De son côté, Le Patriote se fait l’écho du recensement des consommateurs pirates d’électricité réalisé par la Société de l’énergie électrique du Congo (SEEC), révélant que « 10 617 foyers vivant dans les quartiers périphériques de Brazzaville et les autres localités situées dans le département du Pool (sud) ne payent pas l’électricité et sont considérés comme des fraudeurs ».

    Partant de là, souligne ce journal, la SEEC, « érigée récemment sur les cendres de la Société nationale d’électricité (SNE), déplore un gros manque à gagner ».


    LCM/id/cat/APA

    Réagir à cet article