à l'instant

    • Sénégal : les écoles formation invitées à une pédagogie active

      APA-Dakar (Sénégal) — Les écoles de formation sénégalaises doivent adopter une pédagogie active pour permettre aux étudiants, notamment les nouveaux bacheliers de faire un meilleur choix des filières de...

    • Un opposant togolais agressé à Bruxelles

      APA-Lomé (Togo) — Le président du Nouvel Engagement Togolais (NET, opposition), Gerry Taama a annoncé samedi soir, avoir « été agressé à Bruxelles par des militants se réclamant d'une certaine oppos...

    • Le Congo devient membre de l’Opep

      APA-Brazzaville (Congo) — La candidature du Congo à l’Organisation des pays producteurs et exportateurs de pétrole (Opep) a été adoptée, le 22 juin 2018 à Vienne(Autriche), lors de la réunion des ministres...

    Sénégal-Monde-Eau-Forum

    Forum mondial de l’eau : Dakar veut un sommet ancré aux réalités africaines

    APA-Dakar (Sénégal)

    Le comité préparatoire de l’atelier de planification prospective du 9e Forum mondial de l’eau, prévu en 2021 à Dakar, s’est réuni mercredi dans la capitale sénégalaise et a plaidé pour l’obtention d’un sommet « inclusif » et « bien ancré dans nos réalités ».

    « Notre volonté est surtout d’élargir les portages et les bases d’appropriation du forum. (…) Ce défi de l’organisation du sommet mondial de l’eau, nous ne le relèverons que quand nous sommes tous ensemble. Nous voulons inviter tous les acteurs, même ceux qui ne sont pas du monde conventionnel de l’eau », a soutenu le président du Comité préparatoire du 9e forum mondial de l’eau, Abdoulaye Sène.

    Le Comité préparatoire va échanger ainsi au cours de cette journée sur les « priorités thématiques » portées sur quatre points, à savoir la sécurité de l’eau, la coopération et l’accès à l’eau et l’assainissement, Eau et développement durable ainsi que sur les outils et les moyens.

    M. Sène et son équipe comptent « affiner le travail (préparatoire) au fur et à mesure » afin que les « convocations » puissent être envoyées à temps. Il souligne qu’ils ont d’ores et déjà commencé à travailler avec l’Université, en particulier avec les « jeunes (étudiants) » qui vont assurer en partie les traductions, la langue de travail du sommet étant « l’anglais ».

    En effet, ce rendez-vous requiert des « opportunités (politiques et économiques) pour l’Afrique  », et le Sénégal, bien conscient de cela, « a pris la responsabilité » de l’organiser « au nom » du continent. C’est ainsi que « nous voulons un forum bien ancré dans nos réalités », a dit le président Abdoulaye Sène.

    Pour son conseiller spécial, le Gambien Bai Mass Taal, l’eau est une denrée qui « enveloppe tout » donc, il est nécessaire, selon lui, de « sécuriser » cette ressource.

    « On dit que l’eau est une source de guerre, mais maintenant nous disons que l’eau est une source de coopération », a-t-il indiqué, citant en exemple les deux organisations fluviales sous-régionales (OMVG et OMVS) qui réunissent en leur sein 7 Etats ouest-africains, dont le Sénégal.

    Le dernier Forum mondial de l’eau s’est tenu du 18 au 23 mars 2018 à Brasilia, capitale de la République fédérative du Brésil.


    ODL/te/APA

    Réagir à cet article