à l'instant

    Côte d'Ivoire-Politique

    FPI: Affi N'guessan assure «être toujours en contact » avec Gbagbo

    APA-Abidjan (Côte d'Ivoire)

    Le président statutaire du Front populaire ivoirien (FPI, opposition) a rassuré, samedi à Adzopé (78 km à l'Est d’Abidjan) qu'il est «toujours en contact» avec Laurent Gbagbo, fondateur de ce parti.

    Affi N'guessan animait un meeting à l'occasion de la Fête de la Liberté organisée par sa tendance, une semaine après celle du camp dirigé par l'ex-ministre Assoa Adou, proche de Laurent Gbagbo, à Duékoué (501 km à l'Ouest d’Abidjan).

    Devant des milliers de partisans, M. Affi a indiqué «être toujours en contact avec Laurent Gbagbo », insistant que « le parti fera son unité avant les élections présidentielles de 2020», à la grande satisfaction des militants.

     «Soyez confiants, même si la rencontre de Bruxelles a échoué. Soyez sereins. Je suis toujours en contact avec le président Gbagbo. Les contacts ont repris. Nous nous retrouverons bientôt pour faire l'unité du FPI dans la vérité », a rassuré  Pascal Affi N'guessan.

    Le 21 mars, Affi N'guessan et Laurent Gbagbo devraient se rencontrer à Bruxelles pour «mettre fin » à cinq années de division du parti fondé par l'ex-président ivoirien, scindé en deux blocs depuis juillet 2014.

    L'un resté «fidèle» au fondateur et baptisé GOR (Gbagbo ou rien) dirigé par feu Abou Drahamane Sangaré , le « jumeau » de Gbagbo puis par Adou Assoa après le décès en décembre de M. Sangaré et l'autre dirigé par Affi N'guessan, reconnu officiellement par les autorités ivoiriennes.

    Malgré la disponibilité de Laurent Gbagbo à rencontrer son ex-Premier ministre, il a soumis ces retrouvailles à un «éclaircissement préalable et public » sous la forme de reconnaissance par M. Affi des « congrès de Mama et Moossou » qui l'ont élu au poste d'unique président du FPI. Ce que Pascal Affi N'guessan, déjà présent à Paris pour rallier Bruxelles, a réfuté en regagnant Abidjan, estimant que c'était une « humiliation » de trop.

    HS/ls/APA

    Réagir à cet article