ACCUEIL NEWS CULTURE ECONOMIE ENVIRONNEMENT FINANCE GENRE POLITIQUE SPORTS
 
 
 
Cameroun-Ciment 
 
La libéralisation de la filière ciment tarde à  se matérialiser au Cameroun  
 
 
 
APA-Yaoundé (Cameroun)
Annoncée en début de cette année par le gouvernement camerounais, la libéralisation de la filière ciment reste dans le registre des bonnes intentions, bien que le ministre du commerce Luc Magloire Mbarga Atangana, ait confirmé, début aoà»t dernier, que le marché de ce matériau de construction était désormais ouvert à  la concurrence.
«Il n'y a plus de monopole des Cimenteries du Cameroun (CIMENCAM) sur le marché du ciment», a martelé M. Mbarga Atangana, au terme d'une réunion avec les opérateurs de
la filière ciment.

Selon des sources informées, un consortium camerouno-coréen s’apprête à ériger une cimenterie dans la ville de Limbe (Sud-Ouest du pays) pour mettre fin au monopole des CIMENCAM, une filiale du groupe français Lafarge dans laquelle l'Etat camerounais détient 43 pour cent des parts.

Les Cimenteries du Cameroun avaient décidé, le 9 octobre dernier, de relever de 7 pour cent (335 FCFA) le prix du sac de ciment de 50 kg. Des voix se sont élevées pour condamner ce qu'elles considèrent comme un abus de position dominante, de la part d'une entreprise qui fournit au moins 95 pour cent du ciment utilisé au Cameroun et qui en exporte également dans la sous-région de l’Afrique centrale.

Au groupe Afrique construction, le seul importateur de ciment (roumain) au Cameroun, on fait état de «multiples tracasseries visant à décourager toute forme de concurrence».

L'un de ses représentants a indiqué, sous couvert de l'anonymat, que «CIMENCAM oblige les grossistes à signer des contrats leur interdisant de distribuer une autre marque de ciment» que celle fabriquée dans ses usines.

«En comparant les prix proposés aux opérateurs camerounais par des producteurs de Chine (environ 29.000 FCFA la tonne au cours actuel du dollar) et les
tarifs pratiqués par CIMENCAM (entre 86.800 et 90.450 FCFA la tonne), il est facile d'analyser la marge bénéficiaire de cette entreprise, et pourquoi celle-ci freine des quatre fers», a expliqué la même source.

A la filiale du groupe Lafarge, on fait plutôt état «des incompréhensions de la part d'éventuels concurrents», justifiant par ailleurs la hausse croissante du prix
du sac de ciment depuis trois par le renchérissement des coûts du fret du clinker, une matière première importée, permettant de fabriquer le ciment.
FCEB/lmm APA
2007-11-07 09:50:20
 


 
 
 
RUBRIQUES
 
ZONE DE COUVERTURE
  • Pays
  • Partenaires
  • Sous région
 
 
 
 
 
 

Présentation - Réseaux - Abonnements - Conditions d'utilisation - Produits - Ethique - Contacts
 
Agence de Presse Africaine - Droits de reproduction sous autorisation pr�alable