ACCUEIL NEWS CULTURE ECONOMIE ENVIRONNEMENT FINANCE GENRE POLITIQUE SPORTS
 
 
 
 
Sahara - Témoignage 
 
Le Professeur Henri-Louis Védie témoigne sur la transformation des provinces marocaines du Sud 
 
 
 
APA- Dakar (Sénégal)
«Laà¢youne, est devenue aujourd’hui, une ville nouvelle en plein désert et les provinces marocaines du Sud qui ont le taux de scolarisation le plus élevé du Royaume sont engagées dans un processus irréversible de développement durable» atteste, le Professeur Henri-Louis Védie, Directeur scientifique et coordinateur des Master "MIME" aux Universités de Varsovie et de Belgrade.
Henri-Louis Védie qui vient de publier aux Editions ESKA un livre de 213 pages sur le Sahara intitulé "Une volonté plus forte que les sables. L'expérience du développement durable des régions sud-marocains", est également Docteur d'Etat es Sciences économiques, diplômé d'Etudes supérieures de Droit, Professeur d'économie au Groupe HEC.

Dans les extraits de son livre repris par la MAP le Pr Védie souligne que «le mérite des autorités marocaines est d'autant plus grand, que dans ces contrées désertiques du Sahara où règnent en maitre les aléas environnementaux tels que la chaleur, le vent et les sables, il a fallu tout construire, tout inventer, quasiment à partir de rien».

"On connaissait, et on a salué à juste titre, la mise en valeur et la fertilisation des territoires désertiques du Sinaî, l'exploitation gagnée sur la mer des polders hollandais. Désormais, on va découvrir ou revisiter le challenge en passe d'être réussi par les autorités marocaines ", note l'auteur, qui relève que ce dernier défi est du reste "plus audacieux encore", dans la mesure où les territoires concernés sont beaucoup plus vastes.

L’'effort, relève le professeur Védie, « est d'autant plus appréciable, que le Maroc n'a dû compter que sur ses seules ressources, sans la moindre aide internationale».

Henri-Louis Védie rappelle que ces territoires étaient "essentiellement désertiques, avec une démographie totalement déséquilibrée", autant de difficultés à la mesure de ce grand défi de développement.

Dans cet ouvrage ventilé en sept chapitres note la MAP, l'auteur met notamment en exergue les efforts de développement consentis par le Royaume pour l'organisation administrative et démographique des provinces du Sud.

L’accent est ensuite mis sur l'amélioration des conditions de vie des citoyens à travers l'accès à l'eau et à l'électricité, la mise en place de moyens de communication diversifiés et performants, le maillage aérospatial et routier des territoires, l'éradication de l'insalubrité et l'urbanisation, l'aménagement du territoire et la promotion des secteurs de la justice, de l'éducation, de la santé et du tourisme.

"Véritable défi dans cette aire semi-désertique, le réseau routier, quel qu'en soit le coût (désensablement, vent etc), a été doublé par un maillage portuaire d'exception» témoigne le professeur Védie.

«Mieux, de l'urbanisation à l'aménagement du territoire, le Sahara occidental est devenu une référence, quand à l'exploitation optimale des ressources, l'exemple des villages de pêche y est désormais un cas d'étude pour les développementalistes", résume-t-il.

«Les activités maritimes, au sens large, relayées par des activités touristiques, à fort potentiel, laissent espérer des opportunités d'emploi à venir, très significatives», a-t-il estimé, soulignant «les opportunités que représentent, en termes de débouchés, les côtés des provinces sahariennes et l'arrière pays avec ses richesses archéologiques et rupestres, notamment pour les îles Canaries».

La baie de Dakhla, indiqué le Professeur Védie, «intéresse plusieurs investisseurs, et un tel intérêt fait de l'activité touristique, dans les provinces du sud, un pôle de développement inépuisable».

M. Védie est également revenu sur «les efforts déployés en matière d'habitat, d'urbanisation et d'aménagement du territoire», ajoutant que cette partie du Maroc est devenue une référence quand à l'exploitation optimale des ressources. Il en veut pour preuve, les villages de pêche qui sont un cas d'études pour les développementalistes.

Toutes choses qui font qu’après la marche verte, c'est aujourd’hui la nouvelle marche du développement écrit en préface du livre de Henri-Louis Védi, le professeur des universités, Pascal Chaigneau.

Henri-Louis Védie, rappelle la MAP reçue à Dakar, est auteur d'une douzaine d'ouvrages et de nombreux articles publiés en France et dans d'autres pays. Il est aujourd'hui consultant auprès de sociétés et d'organismes internationaux.

Lors d'une rencontre, organisée mercredi soir à Paris, à l'occasion de la présentation de son ouvrage, en présence d'écrivains, d'éditeurs, de journalistes, de patrons de presse, de chercheurs et de représentants d'ONG et des mondes des lettres et des arts, M. Védie a souligné qu'il avait choisi d'aborder son livre sous un angle socio-économique, mettant en exergue l'effort de développement "sans précédent" que connaît cette partie du Royaume.

L'auteur de l'ouvrage, pour qui «les provinces du Sud sont installées dans une logique de développement durable de manière irréversible», a par ailleurs tenu à remercier l'ancien secrétaire d'Etat au commerce extérieur, M. Abdelkrim Benatiq, grâce à qui il avait pu découvrir la ville de Laâyoune. Cette première visite, a-t-il confessé, fut un "choc", celui de «la découverte en plein désert, d'une ville nouvelle cité d'environ 200 mille habitants».

Le Pr Henri-Louis Védie rappelle que c’est avec les autres visites qui s'en suivirent qui ont donné naissance à "Une volonté plus forte que les sables", un ouvrage entièrement consacré à l’analyse avec force détails, de la stratégie de développement qui a si profondément transformé ces provinces du sud marocain.








MC/APA
2008-12-24 20:40:00
 


 
 
 
RUBRIQUES
 
ZONE DE COUVERTURE
  • Pays
  • Partenaires
  • Sous région
 
 
 
 
 
 

Présentation - Réseaux - Abonnements - Conditions d'utilisation - Produits - Ethique - Contacts
 
Agence de Presse Africaine - Droits de reproduction sous autorisation pr�alable