à l'instant

    • Pas de grandes manifestations de joie à Kinshasa

      APA-Kinshasa (RD Congo) De notre correspondant : Mathias Odiekila – — La victoire de Félix Tshisékédi à la présidentielle en RDC proclamée par la Cour constitutionnelle samedi tard dans la nuit, n’a pas suscité dimanche en début d’après-midi à Kinsha...

    • Attaque au Mali : huit casques bleus tchadiens tués

      APA-Bamako (Mali) De notre correspondant : Alou Diawara - — Huit casques bleus onusiens de nationalité tchadienne ont trouvé la mort ce dimanche dans une attaque qui a ciblé leur camp à Aguelhok dans la région de Kidal (nord-est du Mali), a...

    • Les Burkinabè dans l’attente d’un nouveau gouvernement

      APA-Ouagadougou (Burkina Faso) De notre correspondant : Alban Kini - — Les Burkinabè sont ce dimanche dans l’attente d’un nouveau chef de gouvernement, 48 heures après la démission de Paul Kaba Thiéba et de tous ses ministres.

    GBissau-Travail-Humeur

    Guinée-Bissau : vers une nouvelle grève dans la fonction publique

    APA-Bissau (Guinée-Bissau)

    L'Union nationale des travailleurs de la Guinée-Bissau (UNTG) a annoncé, mercredi à Bissau, avoir déposé un préavis de grève allant du 12 au 14 Juin prochain pour exiger du gouvernement l’application de la nouvelle grille salariale dans la Fonction publique et la fin de la violation du statut des fonctionnaires.

    L’UNTG demande l’application de cette grille déjà promulguée par le président de la République et qui vise à « ajuster la rémunération du personnel qui, après deux décennies, n'a pas bénéficié de promotion de carrière, ni d’augmentation au niveau du salaire », a expliqué le syndicat dans un communiqué parvenu à APA.

    « Compte tenu de cette situation, les fonctionnaires continuent de vivre avec (leur) maigre salaire au détriment des salaires de luxe des députés, des membres du gouvernement », a poursuivi l’UNTG, n’excluant pas de déclencher une deuxième vague de grève générale si les conditions ne sont pas remplies.

    Le salaire minimum payé à la fonction publique bissau-guinéenne est d'environ 30 000 francs CFA (environ 45 euros), alors qu’un sac de 50 kg de riz, aliment de base des Bissau-guinéens, dépasse les 20 euros.

    Préoccupés par cette situation, les syndicalistes considèrent que les fonctionnaires souffrent de l'inconstitutionnalité systématique et de l'illégalité commises par l'État à travers les gouvernements successifs, non « conformes aux autres droits consacrés par la Constitution », causant ainsi la mort lente des employés publics.

    L'UNTG avait déclenché une grève de trois jours entre le 7 et le 9 mai dernier pour demander un réajustement des salaires. Cette manifestation qui avait atteint 85% de mobilisation, d’après le syndicat, avait causé la mort de trois personnes au niveau du principal centre hospitalier du pays.




    NM/te/APA

    Réagir à cet article