à l'instant

    • Début des épreuves écrites du BEPC en Côte d’Ivoire

      APA-Abidjan-(Côte d’Ivoire) — Au total, 465 095 élèves ont débuté, lundi sur toute l’étendue du territoire national ivoirien, les épreuves du Brevet d’études de premier cycle (BEPC) et du test d’orientation en...

    • 116625 contribuables au Cameroun (rapport)

      APA-Douala (Cameroun) De notre correspondant: Mbog Achille — L’administration fiscale a enregistré 5 786 nouveaux contribuables, faisant passer le nombre de 110 839 en 2017 à 116 625 en 2018, a indiqué la Direction générale des impôts (DGI)...

    • Rabat abrite les 18 et 19 juin la 3ème conférence africaine de la...

      APA-Rabat (Maroc) — La 3ème conférence annuelle africaine de la paix et de la sécurité aura lieu les 18 et 19 juin à Rabat à l’initiative du Policy Center for the New South (PCNS), sous le thème : « l...

    Guinée-Politique-Humeur

    Guinée : l’opposition décrète mardi «journée ville morte»

    APA – Conakry (Guinée) De notre correspondant : Amadou Sadjo Diallo –

    L’opposition guinéenne a annoncé avoir fait de mardi prochain une « journée ville morte » à Conakry, en vue de protester contre « le non-respect » par le gouvernement de l’accord de sortie de crise, signé avec elle le 8 août dernier.

    Selon Cellou Dalein Diallo, président de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) qui s’adressait, mercredi soir à la presse, au sortir d’une réunion de l’opposition, plusieurs membres de celle-ci ont été victimes de violences pendant l’installation de certains conseils municipaux à l’intérieur du pays.

    « Nous avons enregistré une violence inouïe contre les élus et les responsables du Bloc Libéral à Guéasso. On les a bastonnés. On a même sectionné les oreilles des gens, calciné le domicile du représentant du parti », a décrié amèrement le président de l’UFDG.

    « Ce qui est plus grave, c’était devant le sous-préfet, devant la gendarmerie et la police qui n’ont pas réagi » a-t-il insisté, accusant au passage le gouvernement et le parti au pouvoir de « violer » l’accord du 8 août dernier.

    « Aujourd’hui le pouvoir n’a aucune volonté de respecter et de faire respecter cet accord politique. Nous rejetons tous les exécutifs installés en violation de la loi », a martelé Cellou Dalein Diallo.

    Sur la même lancée, les opposants exigent « la reprise dans les conditions prévues par la loi et dans les accords des élections dans les communes concernées ». Ils demandent également la publication d’un calendrier précisant les dates d’installation des autres conseils municipaux par le ministère de l’Administration.


    SD/odl/cat/APA

    Réagir à cet article