à l'instant

    • AfSud : 13 morts lors d’une messe de Pâques

      APA-Pretoria (Afrique du Sud) - — Le mur d’une église au KwaZulu Natal, en Afrique du Sud, s’est effondré ce vendredi matin, faisant treize morts parmi les fidèles qui suivaient à l’intérieur du lieu de culte une m...

    • Une mission du FMI attendue au Cameroun le 23 avril

      APA-Yaoundé (Cameroun) De notre correspondant : Félix Cyriaque Ebolé Bola - — Une mission du Fonds monétaire internationale (FMI) séjournera au Cameroun du 23 avril au 3 mai prochain, dans le cadre de la 4èmerevue du programme économique et financier appuyé...

    • Maroc: Lancement d’un nouveau produit d’assurance volaille

      APA-Meknès (Maroc) — La Mutuelle Agricole Marocaine d’Assurances (MAMDA) et la Fédération Interprofessionnelle du Secteur Avicole (FISA) ont signé, vendredi à Meknès, une convention d’assurances porta...

    Botswana –RDC- Politique

    Kabila responsable de la crise politique et sécuritaire en RDC, selon un officiel Botswanais

    APA-Gaborone (Botswana)

    Le porte-parole du ministère botswanais des Affaires étrangères, Emanuel Pheko, a déclaré lundi, que son pays est préoccupé de l'aggravation de la situation sécuritaire en RDC occasionnée par la volonté de Kabila de retarder de manière délibérée la tenue de l’élection présidentielle.

    « Le gouvernement de la République du Botswana souhaite exprimer sa préoccupation au sujet de cette tendance inquiétante de certains dirigeants politiques qui continuent de s’agripper au pouvoir après l'expiration de leur mandat » a déclaré M. Pheko.

    Ces dirigeants, a déclaré Pheko, ont maintenant recours à des ‘’mesures pernicieuses’’ comme faire piétiner la tenue de scrutin ou tripatouiller les Constitutions nationales pour prolonger leur mandat.

    « Il est clair que de tels dirigeants sont motivés par leurs propres intérêts plutôt que par le bien-être des gens qu'ils gouvernent. La République Démocratique du Congo illustre bien cet état de fait » a déclaré M. Pheko.

    Le Botswana a appelé la communauté internationale à faire davantage de pression sur le président de la République démocratique du Congo, Joseph Kabila, pour qu'il renonce au pouvoir et ouvre la voie à une nouvelle transition politique.

    La déclaration de Pheko s’inscrit dans la logique des propos du président botswanais Ian Khama à l'égard de Joseph Kabila lors de sa tournée d'adieu au cours de laquelle il a accusé le dirigeant congolais d'être responsable de l'incapacité du Congo à atteindre son plein potentiel économique malgré ses nombreuses richesses minérales.

    L’élection présidentielle en RDC était initialement prévue pour novembre 2016. Cependant, le 10 octobre 2016, la commission électorale nationale a déclaré qu'elle avait besoin d'au moins 504 jours pour organiser le scrutin.

    KO/jn/pn/APA

    Réagir à cet article