à l'instant

    Bénin-Presse-Revue

    La fin de la grève des enseignants au menu des quotidiens béninois

    APA-Cotonou (Bénin)-

    La fin de la grève des enseignants du préscolaire et de l’élémentaire alimente les quotidiens sénégalais parus mardi.

    « Levée de la motion de grève-Les enseignants de la maternelle et du primaire reprennent la craie ce matin », informe Soleil Levant, à côté du journal Le Challenge qui note : « Fin de la grève à la maternelle et au primaire, Enfin l'école reprend ».

    La Nation évoque la même actualité et titre : « Dégel de la grève dans l'enseignement maternel et primaire-L'intersyndicale lève sa motion ».

    Dans la motion de suspension de grève, reprise par ce  quotidien, l’Intersyndicale dit avoir pris une telle décision en toute responsabilité par souci de couper court à « la souffrance des élèves, des parents d’élèves, des enseignants et de la nation tout entière face au spectre d’une année blanche aux effets dévastateurs ».

    Le Matinal trouve alors qu’après la « suspension de la grève à la maternelle et au primaire, l'école reprend progressivement vie ». Selon le journal, le spectre de l'année blanche est donc écarté.

    Mais le quotidien la Boussole ne partage pas cet avis et écrit : « Secteurs de l'enseignement maternel et primaire-L'intersyndicale suspend la motion de grève sans consulter sa base ».

    Info-Plus conclut le sujet : « Levée de la motion de grève au primaire et à la maternelle, l'acte patriotique et salvateur des syndicats ».

    La construction de la boucle ferroviaire Bénin-Niger est également traitée par les quotidiens. « Rebondissement dans le projet boucle ferroviaire, Bolloré et Petrolin sauté du train », titre La Dépêche.

    De son côté, L'Economiste indique : « Projet de boucle ferroviaire Bénin-Niger, Talon rejette Bolloré et DOSSOU ». Selon nos confrères, le chef d'État, dans un entretien accordé à un journal français a émis le vœu de voir se retirer du projet, Vincent Bolloré du Groupe Bolloré et Samuel DOSSOU du Groupe Petrolin.

    « Il faut sortir de cet imbroglio juridique. Les deux opérateurs doivent se retirer à l'amiable du projet. Et il faudra qu'ils soient indemnisés de façon  équitable », dit le président Talon.


    UB/te/APA

    Réagir à cet article