Mauritanie-Belgique-Migration-Accord

La Mauritanie et la Belgique signent un accord contre la migration illégale

APA-Nouakchott (Mauritanie) De notre correspondant : Mohamed Moctar

Le ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation mauritanien, Ahmedou Ould Abdalla, et le secrétaire d'Etat belge chargé des Réfugiés et de la Migration, Théo Franckène ont signé, mardi à Nouakchott, un accord de lutte contre la migration illégale, a constaté APA.

Cet accord permettra de coordonner les actions des deux pays en matière de lutte contre toutes les formes de migration illégale à travers notamment la coopération technique, l’échange d’informations et la formation des services compétents.

Dans une allocution au cours de la cérémonie de signature, Ould Abdalla a insisté sur l’importance accordée par son pays à la lutte contre ce phénomène et l’application des lois et règlements y afférents.

Il a rappelé à ce sujet la stratégie nationale mise en œuvre par Nouakchott et fondée sur un système biométrique garantissant l’établissement des documents des titres sécurisés comme la carte d’identité nationale, la carte de séjour pour les étrangers, le passeport et le visa.

Le ministre a aussi évoqué les points de passage obligatoires ouverts par les autorités mauritaniennes et équipés de matériels sophistiqués de contrôle et d’identification des mouvements d’entrée et de sortie du territoire.

Selon lui, ces points constituent « l’ultime voie d’accéder à la Mauritanie ; ce qui a contribué à la réduction du phénomène de la migration clandestine ainsi qu’à la lutte contre les bandes terroristes et de trafic de drogue ».

De son côté, le secrétaire d’Etat belge a souligné les impacts sécuritaires du présent accord, mais aussi son rôle dans le renforcement des liens bilatéraux.

Eu égard à ces facteurs, conjugués à la présence d’une colonie mauritanienne en Belgique, l’accord devra impulser les échanges et développer plusieurs secteurs en rapport avec le développement économique, surtout le tourisme, a-t-il expliqué.


MOO/te/APA

Réagir à cet article