à l'instant

    Maroc-Afrique-Mutualité-Migration

    La Mutualité, une troisième voie pour la protection sociale des travailleurs migrants

    APA-Marrakech (Maroc)

    Le secteur mtualiste, en tant que socle incontournable de l’Economie sociale et solidaire, peut constituer une troisième voie entre le public et le privé pour contribuer à la protection sociale des travailleurs migrants dans le cadre d’une approche participative qui incarne démocratie et bonne gouvernance, ont recommandé, jeudi à Marrakech, les participants à un side-event sur « la Mutualité et les migrants en Afrique » organisé par l’Union africaine de la Mutualité (UAM) en partenariat avec la Mutuelle générale du Personnel des Administrations Publiques – Maroc – (MGPAP).

    Il est évident qu’une couverture de sécurité sociale plus large pour les migrants consolide la cohésion sociale, renforce l’intégration, atténue les risques auxquels font face ceux qui font souvent partie des populations les plus vulnérables et par conséquent l'extension de cette couverture aux travailleurs migrants est incontestablement une question de respect des droits de l'Homme, ont-ils souligné lors de cet événement parallèle, tenu en marge du 11ème Forum mondial sur la migration et le développement (FMMD), qui se tient dans la ville ocre.

    Certes, la mutualité porte dans ses objectifs et son action les politiques nationales pour faire face aux inégalités et aux déséquilibres sociaux, et ce dans le cadre d’une transformation économique et sociale pour un développement vers plus d’équité et de justice sociale.

    Partant de cette constante, les participants, constitués de décideurs, d’experts, de professionnels mutualistes, de représentants des organisations syndicales, des droits de l’Homme et de la société civile, ont recommandé que la tout protection sociale « ne peut en aucun cas se concrétiser sans assurer un suivi, un contrôle continu, un soutien et un accompagnement aux travailleurs migrants dans un esprit mutualiste et solidaire ».

    Une autre recommandation et non pas des moindres, consiste à ce que la mutualité est en mesure de faciliter l’accès aux soins et offrir des services variés de haute qualité, abordables et à but non lucratif, aux migrants et à leurs ayant-droits, via le système du tiers-payant qui permettra d’alléger le poids des dépenses médicales qui pèsent sur cette frange de la population.

    Les panélistes ont insisté sur le fait que la mutualité est considérée comme une solution à la couverture sociale des migrants, d’où la nécessité de dupliquer le modèle mutualiste pour l’intégrer dans le canevas social des migrants.

    Par ses principes d’entraide et de solidarité, la mutualité en tant que composante de l’Economie Sociale et Solidaire, est une réelle réponse aux souffrances endurées par les migrants dans le domaine de la protection sociale. De ce fait, ce secteur a un rôle à jouer dans cette protection à travers la solidarité et l’entraide.

    Selon le Président de l’UAM et Président du Conseil administration de la MGPAP – Maroc, Abdelmoula Abdelmoumni, « cette vision mutualiste, que j’estime haut et fort, juste et défendable puise son essence dans les valeurs universelles d’équité, d’égalité et de respect des droits humains énoncés par les lois et législations universelles et auxquels tous les pays du monde y ont adhérées ».

    Pour lui, le vrai défi à relever est de plaider pour que les organisations internationales et à leur tête, l’Organisation des Nations Unies, qui va adopter le Pacte sur une migration organisée et coordonnée, les 10 et 11 décembre 2018 à Marrakech, prennent en considération ce plaidoyer qui émane d’une expérience réussie du système mutualiste au niveau national, notamment celle de la MGPAP et de l’Union africaine de la Mutualité, que préside le Maroc pour la troisième fois consécutive.

    Structure supranationale, l’UAM, dont le siège est à Rabat – Maroc-, est un instrument de mise en réseau du mouvement mutualiste en Afrique pour défendre et représenter les intérêts communs des organisations membres et apporter une assistance technique de premier ordre en matière d’amélioration de couverture sociale et de facilitation d’accès aux soins de santé à travers la solidarité mutualiste.

    L’UAM est une plateforme résolument engagée à intensifier la coopération Sud-sud à travers l’échange d’expériences et d’expertises en matière de mutualité pour hisser haut l’action de la sécurité sociale. La mutualité, pilier incontournable de l’économie sociale et solidaire, permet un accès facile aux soins de santé pour que l’Afrique puisse relever le défi de la protection sociale pour tous.

    Il est de ce fait un espace d’échange, de dialogue, de coordination et de plaidoyer du mouvement mutualiste africain auprès des gouvernements et des instances nationales et internationales.

    Conçu en 2007 et créée en 2010 sur initiative marocaine et un engagement des pays africains, l’UAM compte parmi ses membres les mutuelles de 20 pays africains dont 13 gouvernements ont ratifié les statuts de cette Union.

    Pour rappel, quatre thématiques ont meublé les travaux de ce side-event. Il s’agit du « Rôle de la mutualité dans la protection sociale », de « La mutualité, plateforme de protection sociale des travailleurs migrants en Afrique », de la « Mutualité en tant que soutien à la couverture médicale complémentaire des migrants » et du « Rôle de l'UAM dans la promotion de la protection sociale des migrants en Afrique ».

    HA/APA

    Réagir à cet article