à l'instant

    • Ibrahima Kane, nouveau Dg d’Air Sénégal

      APA-Dakar (Sénégal) Par Edouard Touré — Ibrahima Kane a été nommé, vendredi, nouveau Directeur général de la compagnie aérienne nationale Air Sénégal, en remplacement du français Philippe Bohn, qui devient administrateur...

    • Cinq milliards FCFA de l’UE pour promouvoir trois chaines de vale...

      APA-Ouagadougou (Burkina Faso) De notre correspondant : Alban Kini — L’Union européenne (UE) vient de signer avec le Burkina Faso, une convention de près de 5 milliards de francs CFA pour accompagner le pays dans la promotion de trois chaines de val...

    • RCA : lancement d’une campagne de vaccination antirabique

      APA-Bangui (Centrafrique) De notre correspondant : Pierre Koutoukpe — Le gouvernement centrafricain, avec l’appui de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et de l’Institut Pasteur de Bangui, a entamé ce vendredi une campagne de vaccination antira...

    Botswana-Justice

    Le Botswana n’a pas l’intention d’abolir la peine de mort (président)

    APA-Gaborone (Botswana)-

    Le Botswana n’a pas l’intention d’abolir la peine de mort ni d’imposer un moratoire sur sa mise en œuvre, a déclaré mardi son président, Ian Khama qui recevait les chefs des missions diplomatiques accréditées à Gaborone.

    Notant que le débat sur cette question suscite de l’intérêt dans certains milieux, M. Khama a déclaré que le Botswana considère que la peine de mort est une question de justice pénale et que son application aux crimes les plus graves est le droit souverain des États.

    « Il est important de noter que la peine de mort n’est pas imposée arbitrairement au Botswana. En bref, son application fait suite à un processus judiciaire approfondi et exhaustif qui répond aux normes fondamentales d’un procès équitable. La peine appliquée pour les crimes les plus graves au sens du droit international », a déclaré le dirigeant botswanais.

    «À cet égard, a-t-il ajouté, en tant que gouvernement, nous n’avons pas l’intention d’abolir la peine de mort ni d’imposer un moratoire sur son application ».

    Les militants des droits de l’homme et l’Union européenne ont plaidé pour imposer un moratoire sur la peine de mort et organiser un référendum pour déterminer si le peuple botswanais est favorable à l’abolition de cette pratique.





    KO/jn/lb/te/APA

    Réagir à cet article