à l'instant

    Mauritanie-Afrique-Développement

    Le G5 Sahel est prêt à relever ses défis stratégiques (Issoufou)

    APA-Nouakchott (Mauritanie) – De notre correspondant : Mohamed Moctar -

    Le G5 Sahel est plus que jamais déterminé à relever les défis stratégiques qui se dressent devant ses membres et sont relatifs notamment aux menaces terroristes provenant des organisations criminelles et au changement climatique, a déclaré, jeudi à Nouakchott, le président du Niger, Mahamadou Issoufou.

    Le défi démographique, le défi migratoire et celui de la lutte contre la pauvreté sont d’autres épreuves que compte affronter le G5 Sahel, a ajouté M. Issoufou qui s’exprimait à l’ouverture de la conférence de coordination des partenaires et bailleurs de fonds du G5 Sahel pour le financement du programme d’investissement prioritaire (PIP).

    Il a ajouté que les développements récents de « notre action solidaire montrent que notre organisation sous régionale appréhende de plus en plus efficacement la situation complexe du Sahel et conçoit des stratégies décisives pour faire face aux défis multiformes que connait notre espace ».

    Le chef de l’Etat nigérien, par ailleurs président en exercice du G5 Sahel, a aussi souligné que la particularité de celui-ci réside dans le fait qu’il est bâti autour du couple « Sécurité et Développement ».

    Ces dernières, a-t-il souligné, sont, d’une part, deux priorités indissociables au cœur de « notre action et de notre stratégie » et, d’autre part, deux priorités décisives dont la réalisation peut avoir une incidence sur tous les autres défis.

    Auparavant, le président mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz avait indiqué que le G5 Sahel a réussi grâce au leadership de ses présidents à relever les défis lancé à l’espace régional. Il convient toutefois de poursuivre les efforts grâce à une mutualisation des moyens, sans oublier le soutien des partenaires technique et financiers.

    Ce faisant, on devrait pérenniser les acquis en vue d’atteindre pleinement les objectifs et améliorer le niveau de mobilisation des financements, a estimé le chef de l’Etat mauritanien qui a aussi plaidé pour l’éradication de la pauvreté, du chômage, de l’analphabétisme, des sentiments d’injustice et du laxisme dans la lutte contre le trafic de drogue. Il a indexé au passage l’incapacité des Etats à assumer leurs responsabilités dans la lutte contre les méfaits des terroristes.

    Pour lui, l’approche sécuritaire est insuffisante car, dans les meilleurs des cas, elle ne peut que réduire les capacités des groupes terroristes. Il faut plutôt mettre un terme au paiement de rançons pour assécher les sources de financement des terroristes, a dit Ould Abdel Aziz.

    La réunion de Nouakchott qui dure un jour doit déboucher sur l’annonce des contributions des bailleurs de fonds au financement du PIP.  Il est composé de 40 projets de développement à réaliser essentiellement dans les zones frontalières entre les différents pays membres du G5-Sahal formé par la Mauritanie, le Mali, le Niger, le Burkina Faso et le Tchad. Le financement souhaité se chiffre à 2 milliards d’euros.

    Les présidents mauritanien et nigérien avaient à leurs côtés leurs homologies tchadien, et burkinabé, Idriss Déby Itno et Roch Marc Christian Kaboré.

    Le Premier ministre marocain Saâdeddine El Othmani, le ministre des Affaires étrangères français Jean-Yves Le Drian et plusieurs représentants de pays ou d’organismes partenaires et de bailleurs de fonds étaient également présents à l’ouverture des travaux.


    MOO/cat/APA

    Réagir à cet article