Sénégal-Elections-Réaction (universitaire)

« Le parrainage, une rupture brutale » du consensus politique sénégalais (Universitaire)

APA-Dakar (Sénégal) Par Ibrahima Dione

Le professeur Kader Boye, ancien Recteur de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad) a fait savoir, mercredi à Dakar, que le parrainage pour la présidentielle pose un problème, dans le sens où il a rompu brutalement le consensus politique au Sénégal.

« Le système de parrainage pour l’élection présidentielle remet en cause fondamentalement les règles d’éligibilité jusque-là en vigueur. Ce système marque une rupture brutale avec le consensus politique qui était en vigueur depuis 1992 », a affirmé le Pr Kader Boye.

L’ancien Recteur de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad) intervenait au forum citoyen d’Afrikajom Center portant sur le thème : « Construction d’une démocratie post-électorale : la réforme des institutions comme condition de possibilité du renforcement de la République, de la démocratie, de l'Etat de droit et des droits humains ».

En outre, le professeur Boye a fait noter que la « réglementation du parrainage n’est officiellement intervenue qu’en juillet 2018, ses modalités d’application n’ont été officialisées qu’en août 2018 (arrêté ministériel du 23 août 2018) et la décision du Conseil constitutionnel sur la mise en place d’un dispositif de vérification des parrainages et fixant les modalités de son fonctionnement date de novembre 2018 ».


La loi sur le parrainage a obligé tous les candidats à la présidentielle à recueillir au minimum 0,8 % et 1 % au maximum de signatures des électeurs inscrits sur le fichier électoral dans au moins sept régions. Au terme du processus de validation des parrainages par le Conseil constitutionnel, 13 candidats sur 20 ont été recalés.

Revenant sur le sujet du jour, Alioune Tine, le fondateur d’Afrikajom Center a soutenu que « c’est la perte de la cohérence surtout en matière politique qui crée la violence ». Selon lui, « il y a une crise de la démocratie participative dans le monde. Au Sénégal, il y a une tentation révolutionnaire et des appels à l’Armée. C’est extrêmement dangereux et c’est le désespoir qui pousse une société à cela ».

Dans son argumentaire, M. Tine a dit regretter qu’ « à chaque fois qu’on a une élection au Sénégal, on a l’impression que c’est la fin du monde et les mêmes institutions sont incriminées ».

Pour sa part, Annette Lohman, la représentante-résidente de la Fondation Friedrich Ebert Stiftung a informé que « le Sénégal est considéré comme un modèle en matière d’exercice de la démocratie en Afrique. Il a enregistré des acquis considérables. L’organisation d’élections régulières avec des alternances politiques en est une parfaite illustration, de même que l’existence d’une société civile qui se développe de plus en plus ».

Cependant, a-t-elle affirmé, « la démocratie, c’est également et surtout la participation effective des citoyens qui en sont les principaux acteurs, la séparation réelle des pouvoirs, la mise en place d’institutions fortes et l’instauration d’un climat sein de dialogue ».


ID/te/APA

Réagir à cet article