à l'instant

    Sénégal-Justice

    Le procès en appel de Khalifa Sall suspendu jusqu’au 18 juillet

    APA-Dakar (Sénégal)

    Le président de la Cour d’appel de Dakar, le juge Demba Kandji a ordonné, mercredi, la suspension jusqu’au 18 juillet 2018 de l’audience du procès en appel du député-maire de Dakar, Khalifa Sall et Cie pour « méditer » sur cette affaire relative à la gestion de la Caisse d’avance de la ville de Dakar.

    « La Cour d'appel de Dakar voudrait se donner un délai de réflexion d'une semaine. Elle entend reprendre mercredi prochain, 18 juillet, à 10 heures », a déclaré Demba Kandji.

    Il explique sa décision par la volonté « de méditer, mais également pour permettre à la défense d'avoir le temps de se procurer l'arrêt de la Cour de justice de la CEDEAO ».

    A la suite de la publication de cet arrêt et au cours des audiences débutées le 09 juillet dernier, les avocats de la défense ont demandé la libération de leur client.

    Leurs confrères du camp adverse (Etat), particulièrement Me Ousmane Sèye, ont argué cependant que la « Cour d'appel de Dakar n'est pas apte à ordonner la libération du maire de Dakar ».

    Mais au cours de l’audience d’aujourd’hui, le réquisitoire du procureur général de cette cour, Lansana Diaby, a créé la surprise. Il a en effet demandé au tribunal d'accéder à la demande de la défense en accordant la liberté provisoire à Khalifa Sall.


    Evoquant la jurisprudence Mamadou Tandian, ex-Président du Niger emprisonné un temps dans son pays, M. Diaby a rappelé que ce dernier a vu la Cour d'appel de Niamey lui accorder la liberté, après que la Cour de justice de la CEDEAO a jugé « arbitraire » sa détention.

    Khalifa Sall a été condamné, le 30 mars 2018, à cinq ans de prison ferme plus une amende de cinq millions de FCFA par le tribunal correctionnel de Dakar.

    Poursuivi par l’Etat pour association de malfaiteurs, de détournement de deniers publics, d’escroquerie portant sur des deniers publics, de faux et usage de faux dans un document administratif, le maire de Dakar est également accusé d’avoir soustrait de la Caisse d’avance de la mairie de Dakar une enveloppe de 1,8 milliard de FCFA... Ce qu’il a toujours nié toutefois, arguant qu’il avait à sa disposition des fonds politiques.

    Le maire de Dakar comparait en même temps que Mbaye Touré, directeur administratif et financier de la ville de Dakar, Ibrahima Diaw, chef de la Division financière et comptable, Amadou Moctar Diop, coordonnateur de l’Inspection générale des services municipaux, Yaya Bodian, chef du Bureau du budget, Fatou Traoré, Assistante du Directeur administratif et financier.

    Dissident du Parti socialiste (mouvance présidentielle) à la veille du Référendum sur la réforme constitutionnelle du 20 mars 2016 pour lequel il avait appelé ses partisans à voter «Non», Khalifa Sall dirige depuis 2009 la ville de Dakar.

    Le 30 décembre 2017, lui et 64 responsables ont été exclus du Parti socialiste.




    ODL/te/APA

    Réagir à cet article