Côte d’Ivoire-Politique-Société

Le RHDP annonce des prières œcuméniques en mémoire des victimes des crises ivoiriennes

APA-Korhogo (Côte d’Ivoire)

Le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) organisera après son congrès constitutif du 26 janvier prochain, des prières œcuméniques dans toutes les régions du pays en mémoire des victimes des crises ivoiriennes dont le point culminant a été la crise postélectorale de décembre 2010 à avril 2011 ayant fait plus de 3000 morts.

L’information a été donnée, samedi, à Korhogo, ville située à 633 km au nord d’Abidjan par le président du Comité d’organisation de ce congrès du RHDP, Adama Bictogo lors du pré-congrès de ce parti politique en gestation.

« On peut noter l’acquittement de la justice, mais nous avons un devoir de mémoire envers nos victimes (…) », a soutenu M. Bictogo, annonçant qu’il proposera qu’après le congrès du RHDP, des prières œcuméniques soient organisées dans toutes les régions du pays en mémoire de nos victimes. Il s’agira, a-t-il précisé, d’aller « demander pardon aux parents des victimes ».

Plusieurs associations de victimes ivoiriennes ont manifesté leur colère ces derniers jours dans le pays après « l'acquittement et la libération immédiate » de l'ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo et de l'ancien leader des jeunes patriotes ivoiriens, Charles Blé Goudé ordonnés mardi dernier par la Cour pénale internationale (CPI) où ils sont détenus depuis 2011 pour crimes contre l'humanité.

Un rassemblement du collectif des victimes en Côte d'Ivoire ( CVCI) contre la libération de M. Gbagbo et pour dénoncer la lenteur du processus d'indemnisation a été étouffé lundi dernier à Abidjan par la police ivoirienne.

Contrairement à la Fédération nationale des victimes de la crise en Côte d'Ivoire (FENAVIPELCI) dirigée par M. Mamadou Soromidjo Coulibaly, le CVCI présidé par M. Issiaka Diaby, a estimé que le processus d'indemnisation des victimes piétine et se conduit sans sa véritable participation aux prises de décision.

Bien que reconnaissant des efforts des autorités ivoiriennes, M. Diaby a estimé que le processus d'indemnisation des victimes « n'est pas satisfaisant » pour la majorité des membres de son collectif.

Dans la foulée, le Conseil des ministres  du mercredi dernier a annoncé des «mesures additionnelles en faveur» de ces victimes.

Le Chef de l’Etat ivoirien Alassane Ouattara a mis en place en 2015, un fonds spécial doté d’un apport initial d’une valeur de 10 milliards de FCFA pour l’indemnisation des victimes des différentes crises survenues en Côte d’Ivoire.

LS/APA

Réagir à cet article