à l'instant

    Côte d’Ivoire-Société-Religion-Jeunesse

    Les élèves et étudiants musulmans s’inquiètent de la propension de l’incivisme

    APA-Yamoussoukro (Côte d’Ivoire)-

    Les membres de l’Association des élèves et étudiants musulmans de Côte d’Ivoire (AEEMCI) réunis en séminaire national se sont inquiétés, jeudi, de la propension de l’incivisme et de la délinquance qui sévissent en milieu scolaire, a constaté APA sur place dans la capitale politique ivoirienne.

    «L’apport des élèves et étudiants musulmans dans l’éradication de l’incivisme et de la délinquance dans nos écoles et universités », est le thème de cette  30ème édition du séminaire national de l’AEEMCI.

    Au cours de la séance inaugurale,  l’Amir (Président national) de cette structure, Soungalo Coulibaly  a justifié le choix de ce thème par « le fait que depuis quelques années, il est à constater que la violence, l’indiscipline et l’incivisme s’aggravent dans notre pays ».

    « Si ces comportements antisociaux sont en passe de s’ériger en mode de vie dans le quotidien des ivoiriens, qui semblent s’en accommoder, cela est encore plus patent en milieux scolaire et universitaire », a regretté M. Coulibaly.

    Pour l’Amir de l’AEEMCI, « face à cette situation désespérante et d’une inqualifiable gravité, il s’avère impérieux que les responsabilités soient situées et que toutes les composantes de la société se mobilisent pour y apporter une solution idoine ». 

    Le proviseur du lycée moderne de Béoumi (Centre ivoirien), Abou Mah,  ancien de la structure  a pour sa part relevé plusieurs causes  multiformes de ces difficultés au niveau de l’école ivoirienne.

    Il a entre autres noté des « mutations  sociales, la  démission des parents,  les mauvaises fréquentations, l’absence du dialogue familiale, l’audiovisuel, l’injustice sociale, l’intrusion de la politique».

    « Dans nos universités, les étudiants font du racket ; la consommation de la drogue est un fléau qui commence à être inquiétant. Faisons très attention », a-t-il prévenu suggérant  «la  valorisation de  l’éducation ».

    Ce séminaire annuel de formation, qui regroupe pour cette édition 600 personnes  vise à former les participants aux outils modernes de management et de leadership, mais également à promouvoir les valeurs civiques et républicaines ainsi qu’à sensibiliser sur les moyens de prévention de certaines pathologies et autres pandémies.

    L’an dernier l’immigration clandestine était au menu de ce séminaire. Créée le 16 janvier 1975, l’AEEMCI est une structure islamique en Côte d’Ivoire qui contribue à la formation religieuse et managériale des élèves et étudiants musulmans pour l’émergence d’une élite musulmane consciente des valeurs républicaines et de sa responsabilité communautaire.

    SY/ls/APA

    Réagir à cet article