à l'instant

    Tchad-Société-Grève

    Les fonctionnaires tchadiens d’accord pour lever la grève

    APA-Ndjamena (Tchad)-

    Les travailleurs de l’administration publique du Tchad, réunis en assemblée générale, mardi à la Bourse de travail, à Ndjamena, sont tombés d’accord sur les propositions soumises à leur appréciation par les responsables de la plateforme revendicative pour mettre fin à la grève qui dure depuis deux mois, a constaté APA.

    Un accord dont la signature est prévue mercredi à la présidence de la République va ainsi mettra fin à cette grève générale illimitée dans les services publics.

    Trois de jours de négociations ont permis au directeur de cabinet civil du chef de l’Etat, Issa Ali Taher et le secrétaire général de la présidence, Jean Bernard Padaré, d’arracher un accord avec la plateforme revendicative composée de l'UST, CIST, Synecs et SYMET le syndicat des médecins tchadiens.

    Même si l’accord n’est pas encore signé, il prévoit le maintien de l’abattement des salaires jusqu’à la fin du mois d’avril, le paiement dans l’immédiat des salaires du mois de février aux 31 000 agents mis à l’écart par les états de paie, le retrait du décret 687 portant réduction des 50% des primes et indemnités et la relecture de la loi 32 réglementant le droit de grève au Tchad.

    Il est prévu que, l’abattement des salaires soit abandonné à la fin du mois d’avril et que la différence coupée soit reversée aux fonctionnaires à partir du mois de mai 2018.

    Un mécanisme de suivi de tous ces points sera mis en place en vue de garder le dialogue permanent, a expliqué à APA, le porte-parole de la plateforme, Barka Michel ajoutant que, d’autres garanties seront obtenues pour que les fonctionnaires entrent dans leurs droits le moment venu.

    «Nous voulons accorder un moratoire au gouvernement pour une sortie de crise définitive. Début avril prochain, au cours du conseil d’administration de la Banque Mondiale et celui du FMI, la situation économique que traverse le Tchad, sera au menu. Les négociateurs du président de la République, nous ont rassuré qu’un compromis pourrait être trouvé pour que la situation s’améliore », déclare Barka Michel.


    AHD/te/APA

    Réagir à cet article