Mali-Presse-Revue

Les patrouilles mixtes en vedette dans la presse malienne

APA-Bamako (Mali) -

Les quotidiens parus ce lundi au Mali évoquent principalement les patrouilles mixtes lancées jeudi dernier à Gao dans le nord du pays.

Cette opération militaire conjointe entre l’armée malienne, les mouvements armés loyalistes et l’ex rébellion de la coordination des mouvements de l’Azawad CMA est un ‘’pas décisif’’ dans le processus de paix, selon le quotidien national L’Essor.

Mais le quotidien privé L’indépendant tempère cette optimisme avec cette manchette : ‘’Patrouilles mixtes de Gao, aussitôt lancée, la mission s’annonce très compromise.’’ Selon le journal, deux écueils annoncent ce mauvais présage : le choix du colonel Rhissa Ag Sidi Mohamed pour diriger l’opération et ‘’l’insuffisance de l’équipement mis à la disposition des ces soldats patrouilleurs.’’

Analysant ces écueils, L’indépendant renseigne que la personne du colonel Rhissa Ag Sidi Mohamed ‘’suscite une levée de boucliers des officiers et cadres de la structure. 

Pour ce qui concerne l’insuffisance des moyens mis à la disposition des patrouilleurs, L’indépendant semble être conforté dans sa thèse par Le Combat, autre quotidien privé, qui écrit sous un ton moins affirmatif : ‘’les soldats seraient en manque du nécessaire’’.

L’autre étape clé de la mise en œuvre de l’accord à savoir les autorités intérimaires n’est pas en reste dans les journaux.

Après plusieurs rendez-vous manqués, ‘’la mise en place des autorités intérimaires prévue pour demain à partir de Kidal,’’ indique L’indépendant.

Le quotidien Le Républicain, proche de l’opposition, se charge de relater le chronogramme pour les 4 autres régions du nord : le 2 mars pour Gao et Kidal et le 3 mars pour Taoudénit et Tombouctou.

L’actualité au nord, c’est aussi ces émeutes anti-alcool à Tombouctou. Sous le titre ‘’Weekend mouvementé à Tombouctou,’’ le quotidien le soir de Bamako explique que les bars et autres lieux de débauche de la ville ont été saccagés.

D’après le quotidien, ce déchaînement de violence s’explique par ‘’le ras-le bol de la jeunesse contre certaines déviations qui impactent négativement sur une citée réputée surtout pour sa culture islamique. 

’’ Le Républicain ajoute qu’il a fallu une intervention des forces de l’ordre pour limiter les dégâts. Plusieurs manifestants qui se revendiquent de l’association des jeunes pour la lutte contre l’alcoolisme à Tombouctou ont été arrêtés, nous apprend le confrère. Il n’y a pas eu mort d’homme, mais les dégâts matériels importants sont importants’’.


AD/cat/APA

Réagir à cet article