à l'instant

    Côte d’Ivoire-Recherche

    Les syndicats du CNRA opposés à la délocalisation de la station expérimentale de Port-Bouët

    APA-Abidjan (Côte d’Ivoire)

    Le Collectif des syndicats du Centre national de recherche agronomique de Côte d'Ivoire (CNRA), est opposé au projet de délocalisation de la station expérimentale de Port-Bouët, dans le sud d'Abidjan, une parcelle abritant la collection internationale de cocotiers, a dit vendredi à la presse son porte-parole, Edmond Koffi.

    "Des rumeurs font état de ce que le site de la station expérimentale de Port-Bouët (dénommé Marc Delorn) va être délocalisé", a affirmé M. Edmond Koffi, qui s'est dit inquiet que "le patrimoine foncier du Cnra soit menacé".

     Ce qui fonde ces rumeurs, "c'est que déjà il y a un certain nombre de personnes qui se sont rendues sur le site de Port-Bouët pour interroger les agents, disant si on vous demandait de délocaliser votre station comment voyez-vous cela ?. Et l'information nous est parvenue".

    Selon le coordonnateur scientifique de la direction régionale du CNRA d'Abidjan, Jean-Louis Konan, "la FAO s'est signalée par rapport à la délocalisation du site", ce qui montre qu'"il y avait des actions". Elle a en outre informé ses partenaires.

    Il a ajouté que le Centre international pour la recherche agricole et le développement (Cirad) a été commis  pour faire le travail (de délocalisation du site) de manière technique". Ce qui devrait mettre 15 ans pour le transfert de toutes les espèces de cocotiers vers une zone côtière.

    Le Collectif des syndicats du CNRA demande à l'Etat ivoirien de "respecter ses engagements",  a déclaré M. Edmond Koffi, qui a demandé "le maintien de la station de Port-Bouët", une parcelle de 788 hectares, située dans le quartier de Gonzagueville. 

    "Si d'aventure nos autorités ne cherchent pas à nous comprendre, on sera obligé d'utiliser les moyens qui sont les nôtres pour nous faire entendre", a prévenu Dr Edmond Koffi, avant d'ajouter :"nous ne voulons pas regarder le CNRA mourir parce qu'on lui aura enlevé sa subsistance".

    "Le site (Marc Delorn) a été déjà délocalisé une première fois,  puisque depuis 1967, ce site a été concédé. Il a été délocalisé du fait de l'agrandissement de la ville d'Abidjan", a  fait savoir M. Koffi, rapportant que "depuis 1978/1979 ce site a été installé,  et il y a encore des problèmes de déguerpissement".

    Le Collectif des syndicats du Centre national de recherche agronomique de Côte d'Ivoire craint une perte d'emploi de 200 de ses membres à la suite de la délocalisation de la station expérimentale de Port-Bouët.

    PIG/ap/ls/APA

    Réagir à cet article