à l'instant

    • Sénégal : les écoles formation invitées à une pédagogie active

      APA-Dakar (Sénégal) — Les écoles de formation sénégalaises doivent adopter une pédagogie active pour permettre aux étudiants, notamment les nouveaux bacheliers de faire un meilleur choix des filières de...

    • Un opposant togolais agressé à Bruxelles

      APA-Lomé (Togo) — Le président du Nouvel Engagement Togolais (NET, opposition), Gerry Taama a annoncé samedi soir, avoir « été agressé à Bruxelles par des militants se réclamant d'une certaine oppos...

    • Le Congo devient membre de l’Opep

      APA-Brazzaville (Congo) — La candidature du Congo à l’Organisation des pays producteurs et exportateurs de pétrole (Opep) a été adoptée, le 22 juin 2018 à Vienne(Autriche), lors de la réunion des ministres...

    Mauritanie-Santé

    L’iodation du sel devient obligatoire en Mauritanie (officiel)

    APA-Nouakchott (Mauritanie)

    Le directeur du Développement industriel au ministère mauritanien du Commerce, de l'Industrie et du Tourisme, Boubacar Ould Mohammed Baba, a annoncé, mardi à Nouakchott, l’obligation faite aux industriels d’ioder le sel avant sa mise en vente sur le marché.

    « L’iodation est obligatoire pour tous les vendeurs de sel », a-t-il insisté lors du lancement d’une campagne de sensibilisation sur l'importance de l'iodation du sel.

    Organisée par le ministère mauritanien du Commerce avec l’appui du Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA), cette campagne a pour but de rappeler aux investisseurs leurs obligations et aux consommateurs la nécessité de l’iodation du sel du point de vue strictement sanitaire.

    « Ceux qui se dérobent à l’iodation s'exposent à une amende allant de 50.000 à 100.000 ouguiya MRO (140 à 280 dollars US), en plus de la confiscation de leur matériel », a averti Ould Mohammed Baba.

    De son côté, le représentant de l'UNFPA en Mauritanie, Jibril Cissé, a souligné les méfaits du sel non iodé sur la santé des personnes.

    Une déficience en iode conduit notamment à un goitre endémique. Selon les estimations, deux milliards de personnes dans le monde souffrent d'un manque d'iode qui serait la première cause évitable de retard mental.

    M. Cissé a indiqué que l'UNFPA accompagnera le gouvernement mauritanien dans ses efforts visant à faire respecter les lois sur l'iodation du sel.


    MOO/te/APA

    Réagir à cet article