Côte d'Ivoire - Election

Liste électorale : un « problème » lié à l’inscription de Gbagbo

APA-Abidjan (Côte d'Ivoire)

Damana Pickass, le secrétaire général du PPA-CI, le parti de l’ex-président ivoirien, a échangé avec Ibrahime Coulibaly-Kuibiert le président de la Commission électorale indépendante (CEI) sur le principal obstacle.

M. Damana Pickass, a, à la suite d’une rencontre d’une délégation du PPA-CI avec M. Kuibiert, au siège de la CEI, à Abidjan, indiqué qu’ils ont eu « un très bel échange, sympathique » sur un certain nombre de préoccupations soulevées auprès de l’institution, chargée de la conduite des opérations électorales.

« Nous avons aussi posé le problème de l’inscription du président Laurent Gbagbo sur la liste électorale. Nous avons discuté longuement de cette question », a déclaré Damana Pickass, ajoutant que « les discussions se poursuivent ».

« Le président de la CEI « nous a indiqué des voies à suivre et nous en avons pris acte », toutefois « le dialogue est maintenu et se poursuit », a-t-il souligné, faisant observer que « ce n’est pas la dernière rencontre, il y en aura certainement d’autres ».    

« Je pense que le président de la Commission nous a donné les réponses qu’il faut. Est-ce que nous avons été satisfait, là c’est un autre problème.  Il nous a donné des assurances sur le processus et a levé des équivoques », a-t-il ajouté.  

Le secrétaire général du PPA-CI a rapporté que la CEI a décidé que « les anciens certificats sont valables pour le processus en cours, ce qui est très important ». En outre, des instructions ont été données dans les tribunaux afin que les certificats de nationalité spéciaux soient délivrés avec une certaine célérité.

Pour sa part, le président de la CEI a fait remarquer que cette rencontre intervient dans le cadre des échanges avec les partis politiques sur la révision de la liste électorale lancée le 19 novembre et qui s’achève le 10 décembre 2022.

« Nous avons échangé sur tous les éléments relatifs à la révision de la liste électorale. Ça s’est très bien passé, nous ferons tout pour mériter la confiance des partis politiques qui sont nos amis », a dit M. Kuibiert, se disant « satisfait », mais « ce n’est qu’un début, la lutte continue dans la transparence ».

M. Gbagbo et trois de ses ex-ministres ont été condamnés à 20 ans de prison et 329 milliards FCFA d’amende, dans l’affaire du « braquage » de l’Agence nationale de la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) lors la crise post-électorale ivoirienne de 2010-2011.   

Condamné à 20 ans de prison, l'ancien président Laurent Gbagbo avait été radié de la liste électorale ivoirienne. La Commission électorale indépendante ne peut le réintégrer sur le listing électoral que lorsque la justice lui aura donné l'assurance qu'il n'est plus sous peine judiciaire.  


AP/APA

Réagir à cet article