Mauritanie-Religion-Extrémisme-Lutte

Lutte contre l’extrémisme religieux : Nouakchott en première ligne

APA-Dakar (Sénégal) Par Ibrahima Dione

Des personnalités du monde musulman, sous la houlette de Cheikh Abdallah Ibn Bayyah, se sont récemment réunis à Nouakchott afin d’élaborer une Déclaration de lutte contre l’extrémisme religieux.

Le cheikh Ibn Bayyah, décidé à endiguer l’extrémisme religieux qu’il considère comme « le fléau du siècle », a convié dans la capitale mauritanienne environ 500 personnes dont des oulémas, des éducateurs, des penseurs, des ministres, des muftis, des imams et des prédicateurs.

Son objectif est clair : apporter une réponse « intellectuelle et religieuse » à ce phénomène planétaire avec une feuille de route. Dans son préambule, la Déclaration de Nouakchott souligne que l’Afrique « peut proposer un projet spirituel complet pour éteindre les flammes des guerres et lutter contre l'extrémisme ».

Notant que cette idéologie « instrumentalise la pensée religieuse pour réaliser des objectifs destructifs, de déstabilisation et de menace contre la paix nationale et internationale », ce panel d’experts a dès lors conclu que c’est un « devoir du temps » de s’ériger en bouclier.

A lire aussi: Ibn Bayyah, un fer de lance de la lutte contre l’extrémisme religieux

Les objectifs des participants à cette conférence sont, entre autres, l’élaboration d’un plan complet, opérant, intégré pour faire face à l’extrémisme, la belligérance et la criminalité transfrontalière, le développement de méthodes de pensée et de mécanismes de travail selon des moyens innovants, pacifiques et légitimes pour affronter la violence et l'extrémisme, l’érection davantage de passerelles de coopération entre les religions et les cultures, ou entre les hommes de religion en activité dans les domaines des droits humains.

En outre, ils visent la réhabilitation de la pensée de la tolérance religieuse et de la coexistence pacifique entre les individus et les peuples, en s'inspirant des idéaux humains universels et des valeurs de l’Afrique et la dynamisation de la charte de la Nouvelle Alliance des Vertueux, en mettant en évidence sa spécificité, ses valeurs et les vertus qu'elle prône, les perspectives prometteuses qu’elle ouvre pour la coexistence et l’unité des peuples, sur la base de la compréhension, de la coopération et de la fraternité humaine.

A lire aussi: « Il faut écouter les arguments religieux des extrémistes » (chercheur)

Après avoir planché sur l’extrémisme religieux, les hôtes de Cheikh Abdallah Ibn Bayyah ont proposé un ensemble de moyens de lutte. Il s’agit notamment du renforcement de la présence de l'État, de son appareil et de ses institutions dans des zones éloignées des centres du pouvoir, de l’élaboration de projets de développement locaux décentralisés et économiques régionaux, de la lutte contre la vulnérabilité, la pauvreté, le chômage et de la promotion de la culture de tolérance, en tant qu'impératif religieux et obligation de foi.

De plus, ils ont conseillé les organisations régionales à accorder un intérêt particulier à l’aspect intellectuel et religieux dans les stratégies, surtout l’Union Africaine et le G5-Sahel, la mise en place de centres et universités spécialisés dans l’espace africain pour soutenir la pensée de la paix, de la modération, le respect des valeurs de citoyenneté et des règles de coexistence et la mise en place d’un centre basé à Nouakchott pour la réintégration des personnes affectées par des idées qui mènent à des conflits et des guerres intestines.

ID/te/cgd/APA

Réagir à cet article