Maroc-Economie-Energie

Maroc : La facture énergétique pèse toujours lourd sur l’économie

APA-Rabat (Maroc)

L’importation des produits énergétiques continuent de faire peser un lourd tribut à l’économie marocaine en cette fin d’année 2017 dans la mesure où la facture pèse pour 56,6% dans la hausse totale des importations, aboutissant à un déficit de près de 16 milliards d’euros (172,7 milliards DH).

Et pour cause, la hausse des prix du pétrole à l’international et l’accroissement des importations des produits énergétiques. Cet approvisionnement se chiffre à 14,1 milliards DH (1 euro = 10,7 DH) à fin novembre. Ceci représente près de 56,6% de la hausse totale des importations.

Des chiffres qui contrastent avec ceux de 2016, année durant laquelle la facture énergétique avait régressé de 11,8 milliards DH, du fait de la baisse des cours et des quantités importées. D’autres groupes de produits s’accroissent également: il s’agit des approvisionnements en produits finis de consommation (+4,4 milliards DH), en biens d’équipement (+3,1 milliards DH), en demi-produits (+2,8 milliards DH) et en produits bruts (+2,2 milliards DH).

Selon les analystes économiques, la facture énergétique marocaine devrait continuer à peser lourd sur la balance commerciale durant les prochains mois. 

Cette prévision se base sur le fait que le baril de Brent a franchi le seuil symbolique des 60 dollars la semaine dernière. Les inquiétudes montent concernant un risque de flambée du prix à l’international. La fermeture de 4 puits chez l'industrie américaine du pétrole et la fermeture depuis une semaine de l'oléoduc de Forties, qui représente 40% de la production d'hydrocarbures du Royaume-Uni, soutiennent une montée du prix du Brent. 

Cette baisse de l’offre est conjuguée à une hausse attendue de la demande estimée à 1,51 million de barils par jour (mb/j) en 2018, comparée à 1,26 mb/j jusqu'ici, selon le rapport mensuel de l’Opep. L’organisation s’attend toutefois à ce que le marché pétrolier parvienne à l'équilibre d'ici la fin 2018, grâce à l'extension jusqu'à la fin de l'année prochaine de son accord d'encadrement de la production. 

HA/APA

Réagir à cet article