à l'instant

    Maroc-Droits Homme

    Maroc : Mme Amina Bouayach nommée à la tête du Conseil national des droits de l’Homme

    APA-Rabat (Maroc)

    Le Roi Mohammed VI a nommé, ce jeudi 6 décembre, Mme Amina Bouayach à la tête du Conseil national des droits de l’Homme, indique un communiqué du cabinet royal publié à l’issue de l’audience accordée par le Souverain à la nouvelle présidente de l’institution. Mme Amina Bouayach était ambassadrice du Maroc en Suède et succède à Driss El Yazami à la tête de l’institution depuis mars 2011.

    Lors de cette audience, le Roi a donné ses instructions à la nouvelle présidente du CNDH pour qu’elle poursuive « les efforts du renforcement et de la valorisation des acquis réalisés par le Maroc dans ce domaine, qui jouissent de la considération des institutions et instances internationales et régionales spécialisées, ce qui amplifie la responsabilité de ce Conseil eu égard aux larges attributions dont il bénéficie ».

    Il a également mis l’accent sur le fait que le Conseil devra accomplir les missions qui lui sont dévolues notamment en ce qui concerne le mécanisme national de prévention de la torture, le mécanisme national de recours en faveur des enfants victimes de violations de leurs droits ainsi que le mécanisme national de protection des droits des personnes en situation de handicap, précise la même source.

    Titulaire d’un master en économie politique, avait occupé le poste de Secrétaire générale et vice-présidente de la Fédération internationale des droits de l’Homme. Elle a été aussi membre fondateur de la Fondation euro-méditerranéenne de lutte contre les disparitions forcées, membre du forum régional de la région MENA pour la ratification du Protocole relatif à la convention contre la torture depuis avril 2012, et membre de la Fondation Mohammed VI pour la Réinsertion des détenus.

    Mme Bouayach est devenue en 2006 la première femme présidente de l’Organisation marocaine des droits de l’Homme. Elle a été également membre de la Commission consultative de révision de la Constitution et coordinatrice des ONGs africaines lors du sommet de l’Union Africaine tenu à Addis-Abeba en 2014.

    Elle a été, entre autres, membre du groupe du forum euro-méditerranéen des droits de l’Homme « Freedom of association » (2009-2011), membre du secrétariat général de l’Organisation Communauté des Démocraties (Chili 2013) et membre de la commission consultative de la « conférence de Copenhague sur le dialogue des civilisations et la protection de la liberté d’expression ».

    HA/APA

    Réagir à cet article