Burkina Faso-Presse-Revue

Nécrologie et politique au menu des quotidiens burkinabè

APA-Ouagadougou (Burkina Faso) De notre correspondant: Alban Kini

Les quotidiens burkinabè de ce lundi abordent, entre autres sujets, l’actualité politique, sans oublier d’évoquer le crash, la veille, de l’avion d’Ethiopian Airlines et le décès de l’écrivain ivoirien, Bernard Dadié.

«Décès de l’écrivain Bernard B. Dadié : le sage ivoirien a rangé sa plume pour toujours», titre L’Observateur Paalga, le plus ancien des quotidiens privés du Burkina Faso.

Selon ce journal, l’auteur des œuvres littéraires comme «Pagne noir» ou encore «Climbié», Bernard Binlin Dadié, qualifié de «sage de la culture continentale, voire mondiale», est décédé le samedi 9 mars dernier, à l’âge de 103 ans. 

La nouvelle est évoquée dans la rubrique ‘’Art et Culture’’ de Sidwaya, le quotidien à capitaux publics, sous le titre : «Littérature : Bernard Dadié a tiré sa révérence».

Le même journal évoque le crash d’un avion en Ethiopie, hier dimanche, six minutes après son décollage de l’aéroport international d’Addis-Abeba, affichant: «Crash d’un Boeing d’Ethiopian Airlines : 157 morts».

A lire Sidwaya, la compagnie a indiqué qu’il n’y a pas eu de survivant dans le crash, alors que le vol comptait 149 passagers de 35 nationalités et 8 membres d’équipage. 

De son côté, L’Observateur Paalga signale qu’il y a «aucun Burkinabè parmi les victimes», avant de faire observer, à travers un commentaire, qu’il s’agit d’«une éclaboussure sur une rutilante réputation».

Parlant de cet accident dans sa rubrique ‘’Confidences du Week-end’’, Le Pays, autre quotidien privé, rapporte que le Directeur de cabinet (Dircab) du Conseil supérieur de la communication (CSC) du Burkina Faso, Boureima Diallo l’a échappé belle.

A en croire la confidence du journal, le Dircab du CSC et son confrère ivoirien Yacouba Kébé (ancien DG de fraternité Matin), auraient pu être parmi les victimes puisque 24 heures auparavant, ils empruntaient le même appareil à l’aéroport d’Addis-Abeba pour Johannesburg en Afrique du Sud.

En politique, Le Pays cite le président de l’Union nationale pour la démocratie et le développement (UNDD), Me Hermann Yaméogo, qui a déclaré samedi dernier, lors d’une rencontre à Ouagadougou, que «Notre pays est un Etat quasiment failli». 

Pour sa part, Le Quotidien arbore à sa une, les propos du même homme politique qui estime que «le président Kaboré doit reconnaitre avec humilité ses limites objectives et accepter s’inscrire à l’école de la réconciliation nationale».

A son tour, L’Observateur Paalga met en exergue : «Procès du putsch manqué : +Mon sort est entre les mains de Roch (Marc Christian Kaboré, président du Faso, Ndlr)+», reprenant ainsi, les propos du président de l’UNDD, prononcés au cours de la «rencontre d’encouragement et d’interpellation sur la situation nationale» du parti. 

Revenant sur le procès du coup d’Etat manqué, Aujourd’hui au Faso relate que le général Gilbert Diendéré, présumé cerveau du putsch, est souffrant. 



ALK/te/APA

Réagir à cet article