à l'instant

    • Mali : mort d’un magistrat enlevé depuis 2017

      APA-Bamako (Mali) De notre correspondant : Alou Diawara - — Le président du tribunal de Niono dans le centre du Mali, enlevé en 2017 par des présumés djihadistes, est mort, a-t-on appris auprès de responsables d’un syndicat des magistrats.

    • Présidentielle sénégalaise : l'OIF déploie une mission d’informat...

      APA-Dakar (Sénégal) Par Ibrahima Dione - — L’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), dans un communiqué reçu mercredi à APA, annonce que sa Secrétaire générale, Louise Mushikiwabo, a dépêché une mission d’info...

    • Menu diversifié en couverture des journaux camerounais

      APA-Yaoundé (Cameroun) De notre correspondant : Félix Cyriaque Ebolé Bola – — De la politique à la crise anglophone en passant par l’économie, le football et la gouvernance, le menu des journaux camerounais parus mercredi se conjugue en mode diversité.

    Sénégal-Démocratie-Appréciation

    «Nous n’avons pas l’impression d’avancer en matière démocratique» (Alioune Tine)

    APA – Dakar (Sénégal) Par Oumar Dembélé -

    Le Sénégal ne donne pas actuellement « l’impression » d’avancer en matière de démocratie, d’où il urge pour lui de procéder à une « stabilisation » de ses « acquis » obtenus en la matière s’il ne veut tomber dans une « stagnation », a soutenu Alioune Tine.

    « Si on règle une grande question qui est la stabilisation des acquis démocratiques, obtenus de haute lutte, je pense que ça va modérer et apaiser un peu plus. Ça nous donne moins de travail. Mais nous n’avons pas l’impression, en matière démocratique, d’avancer », a dit Alioune Tine qui était, mercredi, l’invité du premier numéro du Grand Oral d’APA.

    Le directeur régional d'Amnesty international pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre répondait à une question concernant une accusation récurrente du pouvoir contre la société civile de faire quelques fois le jeu de l’opposition politique.

    « Je peux dire que c’est un jeu normal, mais il faut aussi que ça reste dans les limites de la légalité, et que ça peut être une bataille politique : on peut le comprendre. Mais dès fois, les gens ont la main lourde et criminalisent le fait d’être opposant ou dissident».

    « Le jour où il n’y aura plus d’opposant ou de dissident il n’y aura plus de démocratie », a-t-il averti avant de relever que c’est ce « qui arrive aujourd’hui en France avec les +gilets jaunes+. L’analyse qu’on peut faire des +gilets jaunes+, c’est l’effondrement des institutions de la 5République ».

    « Vous avez trois chefs d’Etat successifs qui ne font qu’un mandat, qui ne contentent pas les Français. Et nous, nous avons une pâle copie des institutions de la 5République. Cela doit nous pousser à réfléchir pour dire quelles sont les institutions et les démocraties qui peuvent effectivement s’adapter à nos situations concrètes », a-t-il indiqué.

    Partant de là, Alioune Tine a fait savoir que son think tank ‘’Africa Jom’’ « travaille » sur ces questionnements, « parce qu’on ne peut pas continuer comme ça et aller dans le mur ».


    ODL/cat/APA

    Réagir à cet article