à l'instant

    Côte d'Ivoire-Ethiopie-Football-Trafic

    Partis pour des essais en Géorgie, des footballeurs ivoiriens bloqués en Éthiopie

    APA-Abidjan (Côte d'Ivoire)

    Depuis cinq mois, de jeunes footballeurs ivoiriens se trouvent bloqués en Ethiopie «par la faute d’un prétendu agent de joueurs qui leur a fait miroiter l’Eldorado en Géorgie», rapporte dans un communiqué publié sur son site et consulté mercredi par APA, la Fédération ivoirienne de football (FIF).


    La FIF qui  «n’est mêlée ni de près ni de loin à cette affaire», révèle que «depuis le mois de juin 2018, une dizaine de joueurs de nationalité ivoirienne se trouvent en Éthiopie. Partis sous la houlette d'un certain Touré Jean Alain, se disant agent sportif, ils ont entrepris de se rendre en Géorgie pour des essais dans des clubs», explique dans le communiqué, Claude Zito Blake, Directeur exécutif de la FIF.

     

    Arrivés en Ethiopie, poursuit M. Zito, « le visa leur a été refusé par l’ambassade de Géorgie. Et depuis lors, ils sont bloqués en terre éthiopienne ».

     

    La Fédération précise qu’aucune demande de sortie, conformément à la procédure en vigueur, « ne lui a été adressée ni par le ou les clubs de ces joueurs qui ont quasiment tous appartenu au club de l’ASC Ouragahio ni par le prétendu agent sportif ».

     

    Pour l’instance fédérale du football ivoirien, « il s’agit d’une entreprise clandestine de sortie de joueurs qui s’est faite au mépris de la réglementation en place sans que la fédération ait été à un quelconque moment, associée ou même informée », se dénonce Zito Blake, faisant remarquer que « le prétendu agent sportif  en question, n’est pas enregistré sur la liste des agents sportifs agréés par la FIF.

     

    Informée de la situation par le ministère des sports via le ministère des Affaires étrangères, « la fédération a ouvert une enquête auprès du club ivoirien » à l’instar de la « police économique à la demande des autorités compétentes a, également, ouvert une enquête et collabore avec la Fédération sur cette affaire », conclut  Claude Zito Blake, le Directeur exécutif adjoint de la FIF.

     


    HS/ls/APA

    Réagir à cet article