à l'instant

    • Coupe de la CAF : Le Raja de Casablanca qualifié à la phase de po...

      APA-Marrakech (Maroc) — Le Raja de Casablanca s’est qualifié à la phase de poules de la Coupe Africaine de Football (CAF) après avoir battu le club namibien de l’African Stars FC (1-0) dimanche à Marrakec...

    • L’Union africaine annule sa mission en RDC

      APA-Dakar (Sénégal) - — L’Union africaine (UA) a annulé la mission de haut-niveau qu’elle avait retenu d’envoyer demain lundi à Kinshasa en vue de discuter avec les acteurs de la scène politique congolais...

    • Pas de grandes manifestations de joie à Kinshasa

      APA-Kinshasa (RD Congo) De notre correspondant : Mathias Odiekila – — La victoire de Félix Tshisékédi à la présidentielle en RDC proclamée par la Cour constitutionnelle samedi tard dans la nuit, n’a pas suscité dimanche en début d’après-midi à Kinsha...

    Zimbabwe-Economie-Crise

    Pénurie de devises étrangères au Zimbabwe

    APA-Harare (Zimbabwe)

    Il reste moins d’un mois de réserve de matières premières aux entreprises zimbabwéennes en raison d’une pénurie de devises étrangères, paralysant ainsi les activités industrielles et commerciales.

    Selon Sifelani Jabangwe, le président de la Confédération des industries du Zimbabwe (CZI), cité par le journal privé « NewsDay » paru vendredi, la majorité des entreprises zimbabwéennes ne disposent pas de suffisamment de réserves de matières premières importées.

    L’industrie zimbabwéenne est fortement tributaire des matières premières importées, principalement de l’Afrique du Sud voisine.

    «Nous sommes donc dans une situation où le pays est au point mort. Il nous reste moins de 10 jours pour prendre des décisions », a déclaré Jabangwe, ajoutant que la plupart des entreprises seraient contraintes de fermer si elles ne venaient pas à obtenir des devises de la part de la « Reserve Bank of Zimbabwe. »

    La banque centrale s'est efforcée de fournir des devises aux secteurs économiques stratégiques tels que les secteurs manufacturier et l'énergie.

    Cette situation a provoqué une pénurie de produits de base et de carburant, poussant les automobilistes zimbabwéens à passer de longues heures à faire la queue pour acheter de l’essence et du diesel.

    Selon certains observateurs économiques cette crise est à mettre sur le compte des mauvaises décisions du gouvernement zimbabwéen, qui favorise notamment l'importation de véhicules haut de gamme destinés aux dirigeants et aux chefs traditionnels de la ZANU PF, alors qu'aucune devise n'est allouée aux secteurs productifs du pays.



    JN/pn/te/APA

    Réagir à cet article