Maroc-Presse

Politique et économie au menu des hebdomadaires et quotidiens marocains

APA-Rabat (Maroc)

Les enjeux de la majorité gouvernementale et la place financière de Casablanca sont les principaux thèmes traités par les hebdomadaires et quotidiens marocains parus ce samedi.

+Finances News Hebdo+ écrit que le RNI, le PAM et le PI, le trio gagnant qui va gérer les affaires du Royaume durant les cinq prochaines années, ont pu accorder leur violon pour former une majorité « forte » et « cohérente », qui devra « porter en bandoulière le pragmatisme et l'efficacité afin de relever les nombreux défis socioéconomiques auxquels le Maroc est confronté ».

Mais, la répartition des portefeuilles ministériels est un exercice « très délicat » et « plein d'enjeux », qui constitue un premier « test majeur » pour cette nouvelle majorité.

Car il ne s’agira pas de céder aux « sirènes des calculs politiciens » pour contenter tout le monde, mais plutôt de mettre les bons profils aux bons postes, au regard notamment du « riche gisement de compétences », dont disposent ces trois formations politiques, relève le journal.

+La Vie Eco+ estime qu’avec une telle majorité, le futur gouvernement peut déjà être sûr qu’il a toute sa « légitimité populaire ».

Pour crédibiliser davantage le processus électoral et politique entamé par le Maroc depuis quelques années, les trois partis « sont évidemment conscients qu’ils sont engagés envers les Marocains de respecter ce qui a été proposé », souligne l’hebdomadaire.

Pour +Challenge+, plusieurs mesures présentées dans le programme du RNI vont dans le sens des revendications de catégories de la population.

La publication prévient en revanche que bien que le débat sur la faisabilité, les comptes publics et leur dégradation, suite au Covid, et la contradiction avec les promesses électorales soit sain et mérite d’être mené, « une nation, ce n’est pas une comptabilité nationale ».

En tout cas, « une ère nouvelle s'ouvre » désormais, avec la nécessaire et souhaitable émergence de forces politiques modernes, dynamiques et ambitieuses pour le pays, estime, de son côté, +La Nouvelle Tribune+.

Ainsi, le cadre institutionnel a été rénové, les forces dirigeantes ont changé, les leaderships ont bougé, mais il reste maintenant à s'assurer que de ces opérations politiques découlent des responsables portés par l'action, la reddition de comptes et la satisfaction des revendications légitimes des plus nombreux, soutient-t-il.

+Rissalat Al Oumma+ relève qu’avec un total de 628 points, la place financière de Casablanca occupe désormais le 53è rang parmi les 116 centres financiers internationaux évalués dans la 30è édition du Global Financial Center Index (GFCI).

Casablanca Finance City occupe la première position en Afrique, selon un communiqué de l’institution en charge de la gestion de ce classement, Z/Yen. Cet indice mesure la compétitivité des places financières en se basant sur plusieurs critères quantitatifs et qualitatifs sur l'environnement des affaires, le développement du secteur financier...

HA/APA

Réagir à cet article