Burkina Faso-Presse-Revue

Politique, justice et terrorisme au menu des quotidiens burkinabè

APA-Ouagadougou (Burkina Faso) De notre correspondant : Alban Kini -

Les journaux burkinabè de ce mardi évoquent, entre autres sujets, ceux liés à la justice et au terrorisme, sans oublier la politique marquée par la sortie, la veille, de quelques leaders de l’opposition et du Premier ministre.

Le quotidien public Sidwaya informe que dans le cadre de la mise en œuvre du programme présidentiel, le Premier ministre (PM), Christoph Marie Joseph Dabiré, sollicite le soutien de l’Alliance des partis de la majorité présidentielle (APMP).

Selon le journal, le chef du gouvernement burkinabè a rencontré, hier lundi à Ouagadougou, les partis membres de l’APMP «dans le but de recueillir leurs suggestions pour réussir sa mission».

A ce propos, L’Observateur Paalga, le doyen des quotidiens privés du Burkina Faso fait observer que «Christophe Dabiré (est) reconnaissant», soulignant qu’un mois jour pour jour après sa déclaration de politique générale, le PM a tenu, le 18 mars 2019 à Ouagadougou, une rencontre avec des partis membres de l’APMP.

Le même journal relate qu’au cours d’un point de presse, hier lundi à Ouagadougou, qui tenait lieu de restitution de la 15e Assemblée générale (AG) du Réseau libéral africain, tenue du 7 au 9 mars dernier à Marrakech au Maroc, la question des échéances électorales, notamment, la présidentielle, a été abordée.

Ainsi, L’Observateur Paalga met en exergue les propos du président de l’Union pour le progrès et le changement (UPC), Zéphirin Diabré, par ailleurs Chef de file de l’opposition politique (CFOP) qui a déclaré, hier à la rencontre : «Les chances n’ont jamais été aussi grandes pour l’opposition».

«5e AG du réseau libéral africain : Zéphirin Diabré annonce un coup ko des libéraux au MPP (Mouvement du peuple pour le pouvoir, parti présidentiel, Ndlr) en 2020», arbore de son côté, le journal Le Quotidien.

Dans le domaine judiciaire, les journaux évoquent le procès du putsch manqué de septembre 2015, notamment, l’audition de l’expert en informatique Younoussa Sanfo, la veille à la barre du tribunal militaire de Ouagadougou.

Ainsi, Sidwaya rapporte qu’en sa qualité d’expert en cyber sécurité, Younoussa Sanfo, est passé à la barre du tribunal militaire, le lundi 18 mars 2019 dans le cadre du procès du putsch manqué.

Le confrère, précise l’expert, a expertisé les messages et les appels téléphoniques en lien avec le dossier.

L’Express du Faso, quotidien privé  imprimé à Bobo-Dioulasso, affiche : «+86% des messages ont été supprimés+, selon l’ingénieur informaticien Younoussa Sanfo».

Pour sa part, Aujourd’hui au Faso fait remarquer que l’ingénieur informaticien a expertisé 70 téléphones, avant d’ajouter qu’il y a «moult questions en suspens».

Parlant de terrorisme, Le Pays titre : «Lutte contre le terrorisme : 247 individus recherchés», publiant une liste de personnes recherchées par le ministère en charge de la sécurité pour participation à une entreprise terroriste.

Le même document rendu public lundi, se retrouve dans les colonnes  de L’Observateur Paalga qui mentionne: «Ministère de la Sécurité : Une liste de 247 terroristes activement recherchés».


ALK/cat/APA

Réagir à cet article