Burkina Faso-Presse-Revue

Présidentielle en Guinée-Bissau et politique nationale au menu des quotidiens burkinabè

APA-Ouagadougou (Burkina Faso) De notre correspondant : Alban Kini -

Les quotidiens burkinabè de ce jeudi traitent de sujets de politique nationale, sans oublier les résultats provisoires de la présidentielle en Guinée-Bissau.

«Présidentielle Guinée-Bissau: Duel au sommet entre deux anciens PM», affiche L’Observateur Paalga, le doyen des quotidiens privés du Burkina Faso.

Le journal précise que le président sortant  José Mario Vaz a dû «mordre la poussière» dès le premier tour de la présidentielle du 24 novembre où il est arrivé quatrième sur douze candidats avec 12,41% des suffrages.

«Finalement, ce  sont deux anciens Premiers ministres qui s’affronteront à la finale du 29 décembre prochain», commente L’Observateur Paalga

Le confrère relate que selon les résultats provisoires rendus publics hier par la commission électorale, Domingos S. Pereira, candidat du PAIGC, a obtenu 40,13% des voix contre 27,65% à Umaro Sissoco Embalo du MADEM, le premier parti d’opposition parlementaire né d’une dissidence du PAIGC.

Pour sa part, Aujourd’hui au Faso titre: «Second tour présidentielle en Guinée-Bissau : Pourvu que les démons kaki ne s’en mêlent pas», avant de mentionner que la candidature indépendante n’a pas souri à José Mario Vaz.

L’éditorialiste croit savoir que les électeurs bissau-guinéens, sortis nombreux pour le vote (73%) de la présidentielle ont envoyé valser à la 4e place, le président sortant, à l’issue du premier tour.

Au niveau national, le journal Le Quotidien met en exergue la réaction de la Nouvelle alliance du Faso (NAFA, opposition) au sujet des accusations de l’Alliance des partis de la majorité présidentielle (APMP) contre le général Djibrill Bassolé, lors d’une conférence de presse, la semaine dernière.

Le journal arbore: «Si les conférenciers de l’APMP disposent de preuves sur l’implication de tout individu, qu’ils le traduisent en justice».

Pendant ce temps, le quotidien national Sidwaya aborde la coopération entre le Burkina Faso et la Russie, mettant en valeur, ces propos de l’ambassadeur russe Ouagadougou, Vladimir Baykov : «Il y a une nécessité de se concerter».


ALK/cat/APA

Réagir à cet article