à l'instant

    Sénégal-Politique-Justice

    Présidentielle sénégalaise : Alioune Tine pour la décrispation de la tension politique

    APA-Dakar (Sénégal) Par Oumar Dembélé

    Le militant des droits humains sénégalais, Alioune Tine, a révélé au Grand Oral d’APA des « non-dits » sur les candidatures « improbables » de Karim Wade et Khalifa Sall à la présidentielle de 2019 et appelle à un « dialogue inclusif » pour décrisper la tension au bénéfice du « Sénégal nouveau ».

    « Il y a beaucoup de choses qui fonctionnent comme des non-dits ou comme des obstructions au dialogue inclusif. (…) La gestion et les conséquences jusqu’à la fin du processus, c’est indécidable », a dit l’ancien président de la Rencontre africaine des droits de l’homme (Raddho) qui préconise la discussion « parce que nous avons un Sénégal nouveau ».

    « Le Sénégal nouveau, c’est le Sénégal qui a le pétrole, qui est une ressource satanique, diabolique, pouvant amener la malédiction ou la paix, la bénédiction de Dieu », a analysé M. Tine, interrogé sur la question à savoir si le rejet probable des candidatures des opposants Karim Wade et Khalifa Sall, au vu de leurs problèmes avec la justice sénégalaise, pourrait être préjudiciable pour la paix du pays.

    « Si nous voulons gérer le pétrole, il nous faut de la stabilité, de la paix et du consensus. Encore une fois, le leadership politique, toutes tendances et toutes obédiences confondues, doit savoir que nous avons une bénédiction », a-t-il poursuivi, notant que pour « la plupart du temps c’est une menace parce que nous avons affaire avec les géants du pétrole, à des entreprises qui sont plus fortes que les Etats, y compris les Etats développés ».

    « Le plus facile à donner aujourd’hui en Afrique : si vous demandez du pain ou de l’argent, vous ne l’avez pas, mais dès que vous demandez des armes on vous les donne. Donc il faut qu’on fasse très attention avec cette nouvelle ressource », a préconisé Alioune Tine.

    Et la seule voie pour maintenir la paix et la stabilité, selon lui, est de renforcer « nos institutions démocratiques, c’est ça qui peut être notre gri-gri ».



    ODL/te/APA

    Réagir à cet article