à l'instant

    Maroc-Festival-Cinéma

    Rachid El Ouali: Un cinéma « novateur » au service de l’Afrique s’impose désormais

    APA-Tanger (Maroc)

    Propos recueillis par Hicham Alaoui Le grand acteur marocain, Rachid El Ouali a soutenu qu’il est impératif d’établir des partenariats féconds et une coopération productive entre les professionnels cinématographiques africains pour forger un cinéma novateur au service du continent.

    « Avec cette unité africaine qui se concrétise de plus en plus, il est impératif d’établir des partenariats féconds et une coopération productive pour forger un cinéma novateur au service de l’Afrique », a-t-il déclaré à APA en marge du festival national du film marocain qui se tient du 9 au 17 mars 2018 à Tanger.

    Rachid El Ouali, qui reste l’un des acteurs qui ont marqué le cinéma marocain des 25 dernières années, a formé le vœu que des œuvres cinématographiques, dépeignant les différentes facettes de la réalité africaine, puissent réunir des acteurs africains et marocains ». Il a aussi espéré que les films marocains soient distribués en Afrique et les films africains au Maroc.

    Au sujet du 19ème festival national du film, qui célèbre 60 ans du cinéma marocain l’acteur, réalisateur et producteur Rachid El  Ouali a estimé que la programmation de cette année se veut représentative avec toujours au menu des longs-métrages et des courts-métrages.

    « Le festival constitue une excellente opportunité de réaliser toute la profondeur et la richesse du cinéma marocain, à travers un éventail de lentilles ». a-t-il relevé. Pour lui, la sélection de cette année est à la fois invitante et désarmante, et chaque film est l'écho de voix impressionnantes et émergentes.

    Au programme également des tables rondes pour les professionnels du cinéma où un débat intéressant sera engagé pour le développement et la promotion de l’industrie cinématographique marocaine, a-t-il rappelé.

    Au sujet des  films en compétition officielle pour les prix du festival, Rachid El Ouali s’est déclaré ravi de figurer dans quatre longs-métrages retenus pour la compétition. Il s’agit de « Papillon » de Hamid Basket et de « Yara Zed » de Hamza Atifi où il interprète des rôles importants. Aussi en tant que scénariste et réalisateur du film « Petit Clair de lune » et comme producteur du long-métrage « le retour du Roi Lear » de son frère Hicham El Ouali.

    « Ces quatre œuvres cinématographiques dans lesquelles je suis présent est le couronnement de 34 ans d’expérience dans le cinéma », a-t-il dit celui qui est surnommé Brad Pitt du Maghreb.

    Acteur, producteur, réalisateur, bref cet homme aux multiples talents a conquis le coeur des cinéphiles marocain, arabe et africain depuis ses débuts en 1986.  Il a joué différents rôles confirmant qu’il avait le talent et la volonté d’interpréter n’importe quel rôle et de s’adapter à toutes les situations. Il s’est reconverti en réalisateur avec d’autres défis à relever. 

    La 19ème édition du Festival du national du film a démarré vendredi dans la soirée dans la ville du Détroit, Tanger (Nord), avec à l'affiche une cinquantaine de 60 films dont 15 en compétition pour les longs-métrages et autant pour les courts-métrages.

    Organisé par le Centre cinématographique marocain (CCM), le festival sera également marqué par la projection d’un panorama de films produits durant les années 60, 70 et 80. Il s’agit d’une rétrospective visant à retracer les différentes étapes qu’a connues le cinéma marocain en présentant des œuvres aujourd'hui considérées comme des classiques.

    HA/APA

    Réagir à cet article