RDC – Rwanda – Politique – Elections

RDC : Félix Tshisekedi cherche-t-il à reporter les élections ?

APA-Kinshasa (RDC)

Le président congolais chercherait à repousser la date des élections prévues dans son pays en décembre 2023 en invoquant la crise sécuritaire qui sévit à l’Est selon son homologue rwandais, Paul Kagamé.

Les armes se sont temporairement tues dans l’Est de la République démocratique du Congo (RDC), grâce aux pourparlers tenus la semaine dernière au Kenya. Mais le ton ne baisse pas entre Kinshasa et Kigali. Dans une adresse à la nation à l’Assemblée nationale rwandaise, le président Paul Kagamé a accusé, mercredi 30 novembre, son homologue congolais, Félix Tshisekedi, de vouloir instrumentaliser la crise qui sévit dans l’Est de la RDC pour reporter les élections générales prévues dans son pays en décembre 2023.

« S'il essaie de trouver un autre moyen de faire reporter les prochaines élections, alors je préférerais qu'il utilise d'autres excuses, et pas nous », a déclaré Paul Kagamé qui a encore nié tout soutien qu M23 le mouvement rebelles le plus actif dans l’Est du Congo. 

A l’en croire, plus de 100 groupes rebelles combattent dans l’Est de la RDC. « Si tout ceux-ci bénéficiaient du soutien du Rwanda peut-être qu’ils seraient actuellement ensemble », a affirmé M. Kagamé, soulignant que « ce problème (la crise dans l’Est) peut être résolu si un pays qui se dirige vers des élections l'année prochaine n'essaie pas de créer les conditions d'une situation d'urgence pour que les élections n'aient pas lieu ».

Selon la Commission électorale nationale indépendante, l'insécurité persistante dans certaines parties du pays constituerait un défi pour un vote « libre, démocratique et transparent » lors de ces joutes électorales qui regroupent la présidentielle, les législatives ainsi les élections des députés provinciaux et des conseillers communaux.

Le cessez-le-feu entré en vigueur le 25 novembre dernier demande au M23 de quitter les territoires qu’il a conquis, faute de quoi, il devra affronter la force régionale de l’Afrique de l’Est. « Ils ont déjà été prévenus : La RDC ne sera pas un centre de combat pour d'autres pays », a déclaré l’ancien président Kenyan, Uhuru Kenyatta, qui supervise les pourparlers entre Kinshasa et les rebelles.

ARD/te/APA

Réagir à cet article