à l'instant

    Maroc-Sahara-ONU

    Sahara : un Envoyé du SG de l'ONU salue l’engagement «courtois» des parties

    APA-Rabat (Maroc)

    La deuxième table ronde sur la question du Sahara, tenue les 21 et 22 mars à Genève s’est déroulée dans une «atmosphère de respect mutuel» entre les parties ayant pris part à cette rencontre, s'est félicité l'Envoyé personnel du Secrétaire Général de l'ONU, Horst Köhler, qui a salué par la même occasion l’engagement « courtois » et « ouvert » des quatre délégations lors de ce second round.

    Dans un communiqué final publié à l’issue de cette table ronde à laquelle ont pris part, le Maroc, l’Algérie, la Mauritanie et le polisario, les parties se sont mises d’accord sur l’intention de l’Envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU, Horst Köhler, d’organiser une troisième manche de pourparlers, selon le même format.

    S’agissant des questions de fond débattues lors de ce second round, il y a lieu de préciser que ces questions étaient les mêmes définies dans l’ordre du jour fixé initialement, en l’occurrence « les paramètres de la solution politique notamment le réalisme, le pragmatisme et le sens du compromis, l’intégration régionale et l’évaluation de la première table ronde ».

    L’option prônée par le polisario, soutenu par Alger, soit «l’indépendance», ou encore «l’option référendaire», a été exclue de facto du périmètre de débat.

    Selon l’ONU, les discussions en elles-mêmes ont porté sur la manière de parvenir «à une solution mutuellement acceptable, réaliste, durable et basée sur le compromis » dans le cadre de la résolution 2440 du Conseil de sécurité adoptée au mois d’octobre dernier.

    Le Maroc a réaffirmé, lors de cette table ronde, que toute solution politique doit se conformer impérativement avec les paramètres définis par le Conseil de Sécurité et qu’en dehors de ces éléments, toute solution et catégoriquement exclue», selon une source de Genève.

    Lors des discussions, une convergence de vues s’est dégagée, démontrant que la région du Maghreb profitera pleinement des dividendes du règlement définitif de ce différend, ajoute-t-on.

    HA/APA

    Réagir à cet article